Restaurer les forêts dégradées | WWF France


 
	© André Bärtschi / WWF

Restaurer les forêts

Les forêts dégradées résistent moins bien aux impacts du changement climatique (sécheresse, incendie) que les forêts intactes, accentuant ainsi le cycle de leur dégradation.
Selon le Millennium Ecosystem Assessment (2005), 60 % des services écosystémiques mondiaux sont dégradés. Déjà, de nombreux pays n’ont plus d’écosystèmes naturels et les espaces protégés n’échappent plus à ce constat.

Déboisées, incendiées, fragmentées, les forêts sont particulièrement atteintes, et perdent tout ou partie de leur biodiversité. En Nouvelle-Calédonie par exemple, il ne subsiste qu’1% des forêts sèches originelles.

En France métropolitaine, les forêts sont souvent simplifiées, rajeunies (2% seulement sont réellement écologiquement âgées) et appauvries, avec une seule espèce d’arbre dominant les peuplements.

Ainsi, sont menacés l’intégralité des valeurs associées, la biodiversité, l’approvisionnement en eau, la protection des sols, le rôle de lutte contre le changement climatique, la productivité économique (bois et produits non ligneux).

Mais ce sont avant tout la subsistance et les valeurs culturelles de 1,6 milliard de personnes dépendant directement ou indirectement des écosystèmes forestiers pour leur survie, qui sont en périls. Les enjeux sociaux liés à la restauration des forêts dégradées sont donc énormes.

Une démarche intégrée pour restaurer des forêts de qualité

Parce qu’aujourd’hui conserver et gérer de façon durable ne suffit plus, le WWF développe également des programmes de restauration des paysages forestiers.

La Restauration de Paysages Forestiers (RPF) développée par le WWF peut se définir comme « un processus planifié qui a pour but de regagner l’intégrité écologique et d’améliorer les conditions de vie des hommes vivants dans des paysages déboisés ou dégradés ».

La notion d’intégrité écologique regroupe les préoccupations liées à la biodiversité, la naturalité et les services environnementaux rendus par la nature. 

Il ne s’agit pas d’une restauration purement écologique, puisque la problématique sociale constitue clairement un objectif à part entière.

L'action du WWF

 
	© WWF France
  • A Madagascar
Le WWF-France soutient la restauration des forêts humides de la côte Est, dans la zone de Fandriana-Marolambo.

Ce projet, mené en étroite collaboration avec les communautés locales, a permis la plantation d'un million d'arbres (arbres fruitiers, bois de chauffe et espèces endémiques). 

Il appuie le travail d'associations locales pour la promotion d'une gestion forestière communautaire et le développement de pratiques agricoles plus durables que la culture sur brûlis.

  • En Nouvelle-Calédonie
Dans le contexte très délicat des forêts sèches de Nouvelle-Calédonie, la récente plantation d'arbres endémiques est venue compléter la mise en défens des derniers lambeaux de forêts sèches, ainsi que la régénération naturelle de ces milieux.