Baleines | WWF France


 
	© F. Bassemayousse / WWF

Baleines

Dans l'esprit populaire, les baleines sont souvent associées aux eaux froides, aux régions polaires et aux contrées plus ou moins inaccessibles. Nous imaginons souvent qu'il n'y en a pas ou peu en Méditerranée. Pourtant, la Mare Nostrum abrite de façon plus ou moins régulière et abondante pas moins de 20 espèces de cétacés, soit près d’un quart des 83 espèces connues mondialement. Huit espèces constituent le peuplement régulier de Méditerranée.
Depuis plus de 15 ans, le WWF France s'investit en Méditerranée pour la protection des écosystèmes marins et a notamment contribué à la création du sanctuaire Pelagos, première aire transfrontalière de la Méditerranée destinée à la protection des mammifères marins.

Cette Aire Marine Protégée (AMP) abrite une grande diversité d’espèces de cétacés qui y trouvent un espace privilégié pour se nourrir et se reproduire, dont le Rorqual commun.

Avec ses 22 mètres de long et ses 50 tonnes, il est par sa taille le second plus grand mammifère sur la planète, après la baleine bleue. C'est l'espèce la plus commune de Méditerranée nord-ouest après le dauphin bleu et blanc.

Fiche d'identité

Nom scientifique : 
Balaenoptera physalus
Nom commun :
Rorqual commun
Répartition : 
Dans toutes les eaux du globe
Population : 
30 000 dans le monde
Signe distinctif : 
La mâchoire inférieure droite est plus claire que celle de gauche.
Poids :
70 tonnes environ
Taille :
Environ 20m de long ; les femelles sont plus grandes que les mâles.
Nourriture : 
Carnivore, se nourrit uniquement de krill (petite crevette) en Méditerranée
Statut : 
UICN - en danger
 

Alors que la Mare Nostrum est parcourue en tous sens depuis l'Antiquité, les effectifs, les mouvements migratoires et une partie de la biologie de ces cétacés ne sont pas complètement connus. 
 

Quelles sont les menaces ?

  • Les collisions avec les navires représentent une des premières causes de mortalité non naturelle des grands cétacés. Aujourd’hui, c’est environ un tiers du trafic maritime mondial qui transite par la Méditerranée.
  • La pollution sonore : les sons basse fréquence des bateaux qui, en couvrant les sons émis par les baleines, perturbent leur communication, essentielle à leur reproduction.
  • La pollution chimique et plastique : situés en bout de chaîne alimentaire, leur organisme concentre les polluants accumulés dans leur nourriture (notamment pesticides organochlorés et PCB) qui sont des perturbateurs endocriniens. La pollution plastique affecte aussi ces grands mammifères, par ingestion directe de microplastique lors de la filtration, et indirecte via l’alimentation sur des proies contaminées.
  • La difficulté croissante à s’approvisionner en krill, espèce d'eau froide qui vit en profondeur et qui pourrait se raréfier avec le changement climatique.

Que fait le WWF ?

  • Mener des actions de lobby pour la création de sanctuaires pour les mammifères marins ; le WWF France a soutenu pendant 10 ans la création du sanctuaire Pelagos, la seule AMP de haute mer créée entre la France, Monaco et l’Italie sur 87 500 km ;
  • Améliorer notre niveau de connaissances sur les cétacés et ce qui les menace : le WWF organise depuis plus de 15 ans des des campagnes scientifiques en mer pour mieux les connaître et mieux les protéger ;
  • Initier des campagnes de communication pour sensibiliser les usagers de la mer au respect des cétacés et de leur habitat naturel, notamment à destination des amateurs de whale watching (activité touristique d’observation des cétacés en mer).
© F. Bassemayousse / WWF © F. Bassemayousse / WWF © F. Bassemayousse / WWF. © F. Bassemayousse / WWF

L’outil REPCET

REPCET est un logiciel dédié à la navigation qui vise à limiter les risques de collisions entre les grands cétacés et les grands navires.

Le principe est simple : chaque observation de grand cétacé réalisée par le personnel depuis un navire utilisateur de REPCET est transmise en temps réel par satellite à un serveur situé à terre.

Le serveur centralise les données et diffuse des alertes aux navires équipés et susceptibles d'être concernés par un signalement. Les alertes sont alors cartographiées à bord sur un écran dédié.

Ce système anti-collision est désormais obligatoire pour tous les navires battant pavillon français circulant dans les sanctuaires Pelagos et Agoa.

Accédez au site repcet.com