Thon rouge | WWF France


 
	© Brian J. Skerry / National Geographic Stock / WWF

Thon rouge

Depuis une dizaine d’années, le thon rouge connaît une baisse spectaculaire de sa population. En dépit de la sensibilisation à ce problème, la surpêche se poursuit, ce qui risque, à terme, d’entraîner la disparition totale de l’espèce.

 

Sauver le thon rouge

Dans les années 2000, l’emballement de la surpêche fait craindre l’effondrement de la population de thon rouge en Atlantique et Méditerranée.

Le WWF décide alors de porter sur le devant de la scène l’état alarmant de la situation. Une forte mobilisation internationale voit le jour, relayée par le Prince Albert II de Monaco et sa Fondation qui convainc les restaurateurs et commerçants de la Principauté de ne plus vendre ce poisson au bord de l’extinction et qui contribue à informer et à mobiliser le grand public sur la question.

En 2010, à la Conférence de Doha, le Gouvernement monégasque demande officiellement d’inscrire le thon rouge à l’annexe I de la CITES, ce qui conduirait à l’interdiction du commerce international de l’espèce. Le Japon, qui représente 80% de la consommation mondiale de thon rouge, exerce un puissant lobbying qui conduit finalement à un vote négatif de la CITES. Mais les débats et la couverture médiatique internationale à propos de ce vote ont considérablement renforcé la prise de conscience de tous les acteurs de la filière et conduit l’ICCAT (la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique) à abaisser les quotas de pêche de 28 500 tonnes à 12 900 tonnes par an, s’alignant ainsi sur les recommandations des scientifiques et des acteurs de la conservation.

Si le WWF se réjouit de ces résultats prometteurs, il invite à la prudence, rappelant que pour le moment, les chiffres très optimistes du SCRS ne sont qu’une estimation. Il faudra attendre 2016 pour une évaluation réelle de l’état des stocks.

D’autre part, la réticence du WWF porte sur le manque de transparence et de traçabilité de la filière. En clair, de fortes suspicions de pêche illégale planent au-dessus des thoniers.

Par ailleurs, vu l’état extrêmement dégradé des autres espèces de thon (thon obèse du Pacifique et thon rouge du Pacifique) se partageant le marché du sashimi avec le thon rouge de Méditerranée, une augmentation du TAC et une trop forte publicité sur la bonne santé de ce stock risquerait d’accroitre son attractivité et d’augmenter le risque de surexploitation malgré les efforts accomplis jusqu’à présent.

D’autant qu’en réponse à la bonne nouvelle portée par la communauté scientifique selon laquelle le stock présenterait des signes de rétablissement, le comité des pêches (CNPMEM) pousse déjà pour une augmentation du quota, remettant en cause le travail effectué par les ONG. Selon le CNPMEM, le thon rouge n’a jamais été menacé d’extinction, pas plus que ne l’est le thon tropical qui préoccupe pourtant fortement le monde de l’écologie.

Pour cette raison et afin que tous les progrès accomplis jusqu’à présent ne soient pas anéantis, le WWF recommande un TAC (Total Admissible de Capture) au niveau de l’actuel (13 400 tonnes) et éventuellement une augmentation graduelle, sous conditions (meilleure traçabilité), sur 5 ans n’excédant pas 20 000 tonnes.

Fiche d'identité

Nom scientifique: thunnus thynnus
Distribution: partout dans le monde, dans les mers tropicales et tempérées
Nourriture: poissons
Longueur: jusqu'à 4,3 m
Poids: jusqu'à 900 kg
Statut UICN: données insuffisantes (surpêché)

Les objectifs du wwf

- Mettre en place un système d’étiquetage pour les principaux pays consommateurs de thon rouge, afin de pouvoir réellement choisir de consommer durable.


- Contribuer à la protection des derniers reproducteurs en créant un sanctuaire en haute mer pour le Thon Rouge du sud, qui garantirait ainsi l’avenir de l’espèce. 



- Mener des campagnes scientifiques de marquage afin de combler les lacunes des données existantes et contribuer à une meilleure connaissance de la biologie de l’espèce. Il s'agit de connaître en particulier les trajets migratoires du thon rouge vivant au centre et à l’est de la Méditerranée, dont on ignore presque tout.

- Sensibiliser le public au problème de surpêche et influencer la gestion actuelle des stocks de poisson.

2048 : une mer déserte ?


L'ACTION DU WWF

Dès 2001, le WWF a initié une grande campagne internationale pour sauver le thon rouge.

En 2010, le WWF lance une nouvelle campagne de sensibilisation destinée à alarmer l’opinion sur les dangers de la pêche industrielle et la protection des zones de reproduction.

Le WWF a été l’un des premiers à alerter la communauté internationale sur la problématique de cette espèce surpêchée.
 

Qu'est-ce que l'ICCAT ?

La Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT) est une organisation de pêche inter-gouvernementale responsable de la conservation des thonidés et des espèces apparentées de l’océan Atlantique et de ses mers adjacentes.

Elle formule des avis de gestion basés sur des avis scientifiques. Plusieurs espèces de thonidés de l’Atlantique figurent au chapitre des compétences de l’ICCAT dont le thon rouge.