WWF France -
 / ©: WWF France

Nos axes de travail

Pour sortir du « business as usual », le WWF publie tous les deux ans le Rapport Planète Vivante. Le but : dresser un état des lieux et proposer des solutions pour produire et consommer durablement.



protéger les animaux
 


1. Préserver le capital naturel

Le capital naturel doit absolument être préservé et si possible, regagner
son rôle de premier plan au sein de nos sociétés et de nos économies.

Cet effort doit en premier lieu porter sur la protection et la restauration des grands processus écologiques. En effet, ils sont indispensables à la sécurité alimentaire, hydrique et énergétique, mais aussi au maintien des capacités de résilience et d’adaptation au changement climatique.

La diversité des espèces et des habitats sur Terre doit également être préservée pour sa valeur intrinsèque.


2. Produire mieux

L’amélioration de l’efficacité des systèmes de production, destinée à restreindre fortement la consommation d’eau, de terre, d’énergie et d’autres ressources naturelles par l’homme, contribuerait à ramener l’Empreinte écologique de l’humanité à un niveau compatible avec le respect des limites écologiques.


3. Consommer plus raisonnablement

Pour vivre sans franchir les limites écologiques de la Terre, encore faut-il que les habitudes de consommation s’harmonisent avec la biocapacité de la Terre. De ce point de vue, la première des priorités consiste à comprimer drastiquement l’Empreinte écologique des populations à haut revenu, notamment leur empreinte carbone.

L’évolution des régimes alimentaires au sein des populations les plus aisées et la réduction du gaspillage alimentaire sont aussi cruciales.


4. Réorienter les flux financiers

Trop souvent, la surexploitation des ressources et la dégradation, voire la destruction des écosystèmes font les affaires d’une minorité à court terme. Conséquence : les avantages retirés de la protection du capital naturel à long terme sont tout simplement ignorés, du moins dans leur dimension économique.

L’affectation des financements doit donc désormais être pensée dans un sens plus favorable à la conservation et à la gestion durable des écosystèmes : il y va de la préservation du capital naturel d’une part, de l’adoption de meilleurs choix de production et de consommation de l’autre. Et aussi, ne l’oublions pas, de l’avenir des générations futures.


5. Instaurer une gouvernance équitable des ressources

La gouvernance équitable des ressources représente le second facteur essentiel pour diminuer leur usage et les partager, sans compromettre les capacités de régénération de la planète.

L’élévation du niveau de santé et d’éducation, combinée à l’élaboration de plans de développement économique viables doivent s’inscrire dans des cadres juridiques et politiques procurant un accès équitable aux ressources alimentaires, hydriques et énergétiques, et bénéficier du soutien de processus inclusifs garantissant l’usage durable des terres.

Enfin, la gouvernance équitable des ressources risque de rester lettre morte si les notions de bien-être et de réussite gardent leur signification actuelle. En d’autres termes, si elles continuent d’exclure la santé des personnes, celle de la société et l'environnement.
 
 / ©: WWF
Télécharger le Rapport Planète Vivante 2016
© WWF

4 leviers à actionner

action-terrain--wwf

sensibiliser-opinion-wwf

influencer-decideurs-wwf

engager-entreprises-wwf

les leviers d'action

  • Acteurs institutionnels

    Riche de l’expérience et de la légitimité acquises à la table des négociations du Grenelle Environnement, en octobre 2007, le WWF France a désormais vocation à influencer toute décision publique intervenant dans sa sphère de compétences. Sans prise de position partisane, sinon celle de défenseur d’une planète vivante, il fait entendre sa voix tant au sein du débat national, qu’européen et international.
     
  • Décideurs économiques

    Convaincu du rôle essentiel que peut et doit jouer l’entreprise dans la réduction de l’empreinte écologique, le WWF développe avec le secteur privé des relations partenariales basées sur une démarche de progrès environnemental. Pas à pas, ce processus d’accompagnement des entreprises s’élargit à une stratégie d’influence macro-économique de secteurs, filières et métiers tels que la pêche, le bois ou encore l’extraction minière.
     
  • Grand public

    Le WWF se donne aussi pour mission de sensibiliser à l’environnement et d’accompagner la métamorphose des citoyens-acteurs vers un mode de vie plus respectueux. Grâce notamment aux nouveaux médias à sa disposition – sites internet, blogs, réseaux sociaux, vidéo –, il élargit son audience à des publics de tous âges et de tous horizons.