WWF France - Rapport Planète Vivante 2016

RAPPORT PLANÈTE VIVANTE 2016

L’avenir de la planète est entre nos mains. Face au défi de taille qui nous attend, le Rapport Planète Vivante 2016 du WWF nous montre justement la voie à suivre.

Découvrir le rapport
©: Bjorn Holland / Getty Images / WWF
 

Consulter le Rapport Planète Vivante 2016 du WWF

Télécharger le rapport

 

L’IMPÉRATIF : UNE ACTION URGENTE

Alarmant par son rythme, le déclin de la biodiversité du globe menace la survie des autres espèces et de notre propre avenir. La dernière édition du Rapport Planète Vivante rappelle à la fois la gravité de la situation et les solutions à portée de main pour commencer à y remédier. L’Indice Planète vivante révèle que les populations mondiales de poissons, d’oiseaux, de mammifères, d’amphibiens et de reptiles ont régressé de 58 % entre 1970 et 2012. Or, à moins d’entamer dès maintenant la réforme de nos systèmes alimentaire et énergétique et d’accomplir les engagements globaux pris pour lutter contre le changement climatique, protéger la biodiversité et soutenir le développement durable, ce pourcentage aura franchi le seuil des deux tiers rien qu’en l’espace du demi-siècle 1970-2020.

 

Vous n’avez pas le temps de lire le rapport complet ? Consultez-en la synthèse.

Télécharger la synthèse

Ou lire le communiqué de presse

 

L'Indice Planète Vivante

L'Indice Planète Vivante (IPV) mesure la biodiversité en collectant les données recueillies sur les populations de différentes espèces de vertébrés et en calculant la variation moyenne de l'abondance au fil du temps.



Cliquez sur l'infographie pour l'agrandir

 

©: Alffoto

L’ENTRÉE DANS UNE NOUVELLE ÈRE

Sous l’effet des activités humaines, notre planète s’apprête à faire un saut dans l’inconnu. En fait, il y a tout lieu de penser que nous sommes entrés dans une époque géologique façonnée par l’homme : l’« Anthropocène ». Avec pour résultat que les habitants du globe, Homo sapiens compris, se retrouvent face à un avenir incertain.

La perte de biodiversité est un signe précurseur de bouleversements planétaires parmi d’autres. L’Empreinte écologique, qui mesure notre consommation de biens et de services générés par la nature, indique que nous consommons autant que si nous avions 1,6 Terre à notre disposition. En parallèle, les recherches suggèrent que nous avons déjà franchi quatre des neuf « Limites planétaires », ces seuils liés aux processus critiques du système Terre, indispensables au maintien de la vie sur la planète.

 


 

L'empreinte écologique de consommation

Depuis le début des années 1970, l'humanité demande à la planète davantage que celle-ci n'est capable de régénérer.



Cliquez sur l'infographie pour l'agrandir




CAP SUR UN AVENIR RÉSILIENT

Mais si les humains peuvent modifier si profondément la planète, c’est qu’il est aussi en notre pouvoir d’en rectifier la trajectoire. Encore faut-il pour cela changer notre façon de penser, créer des méthodes de production plus avisées, consommer plus raisonnablement et reconsidérer les mécanismes de financement et de gouvernance.

Le Rapport Planète Vivante décrit les solutions possibles en précisant notamment les mutations fondamentales qui s’imposent dans les systèmes alimentaire, énergétique et financier mondiaux pour satisfaire les besoins des générations actuelles et futures.

 

Télécharger le rapport

©: Juan Carlos DEL OLMO / WWF-Spain


Ensemble, nous somme la solution. Rejoignez nous sur :