Perturbateurs endocriniens et biodiversité | WWF France

Perturbateurs endocriniens et biodiversité



Article posté le 04 October 2011
Première de couverture
© WWF France
La diversité biologique face au risque chimique : nécessité d'un changement de paradigme

Le but de ce rapport n’est évidemment pas d’être exhaustif sur la problématique des perturbateurs endocriniens. Nous espérons néanmoins sensibiliser la collectivité des décideurs à la complexité de cette problématique, en présentant les principales substances incriminées, leurs origines et leur comportement dans l’environnement. Nous avons également essayé d’illustrer la multitude d’effets qu’ils peuvent induire sur un très vaste spectre d’espèces vivantes.

Les conséquences à large échelle de la perturbation des écosystèmes par ces substances restent néanmoins mal connues. C’est pourquoi nous pensons que la recherche devrait aujourd’hui intégrer le changement de paradigme et d’interprétation prenant en compte la spécificité de la problématique PE. Cette condition est nécessaire pour prendre la mesure de la pression réelle que font peser les PE sur la faune et la flore sauvage, et pour envisager des moyens de gestion face à ce risque.

Il est cependant un aspect que nous avons volontairement éludé dans ce rapport : c’est celui de l’impact des perturbateurs endocriniens sur la santé humaine. La menace que représente l’exposition directe à ces substances pour l’homme a d’ailleurs fait l’objet d’une expertise collective de l’Inserm en 2011. Cependant, nous souhaiterions rappeler à quel point la santé humaine est dépendante de la bonne santé des écosystèmes et de la biodiversité. Le rapport Planète Vivante 2010 du WWF a contribué à porter ce message : il est impossible de vivre en bonne santé sur une planète quine l’est pas. C’est aussi pour cette raison qu’il est aujourd’hui urgent de trouver des réponses à la problématique des perturbateurs endocriniens

Première de couverture
© WWF France Enlarge