Amantari, 39 ans, chamane, s'excuse auprès d'un arbre de la famille Hopea pour lui annoncer qu'il va avoir besoin de son bois pour construire une maison et qu'il va donc abattre prochainement, Pulau Siberut, Sumatra, Indonésie

Restaurer les forêts dégradées

Certains territoires sont aujourd’hui écologiquement dégradés et leurs forêts contribuent de moins en moins au bien-être de leurs habitants. Plus que jamais, la restauration des forêts dégradées est une entreprise stratégique pour le climat, la biodiversité ou les ressources. Stratégique, mais ô combien difficile.

Comprendre l’urgence de restaurer les forêts dégradées

Restaurer les forêts dans le monde

Le Challenge de Bonn sur la restauration des forêts dégradées en 2011 ambitionne de restaurer 150 millions d’ha d’ici à 2020

Au cours des deux dernières décennies, la dégradation des paysages forestiers est devenue de plus en plus une réalité partagée. Ainsi, l’effort de restauration des forêts dégradées a graduellement gagné en importance au sein du WWF, comme auprès de ses partenaires, et de nombreuses autres organisations, conventions et processus politiques.

Aujourd’hui, les grands accords mondiaux (ceux de Paris sur le climat en 2015, de New York sur les forêts en 2015, d’Aichi sur la conservation de la diversité biologique en 2010, et le challenge de Bonn sur la restauration des forêts dégradées en 2011) consacrent tous l’objectif impérieux de restaurer significativement les forêts dégradées du monde. Le Challenge de Bonn sur la restauration des forêts dégradées en 2011 marque un engagement mondial de restaurer 150 millions d’ha d’ici à 2020 et 350 millions d’ha à l’horizon 2030. Cela correspond respectivement à l’équivalent d’environ 10 et 23 ans de déforestation en moyenne. C’est indispensable pour atteindre l’objectif de “zéro déforestation net”. Chaque pays, entreprise ou citoyen peut y contribuer.

Au-delà de planter des arbres

La plupart des projets de restauration des paysages forestiers dégradés demandent au minimum une décennie pour produire des résultats durables

Restaurer des forêts semble une idée simple. Simple comme planter des arbres, suivant la formule simpliste “arbre + planter = forêt”. Cela conduit à un développement d’actions de plantation parfois très sincères et motivées par de multiples acteurs. Les forestiers, notamment les tenants d’un sylviculture industrielle, font la promotion d’un type de plantation pas toujours écologiquement acceptable.

Le WWF reconnaît que le symbole de planter un arbre pour les générations futures est beau et profondément humain. Toutefois, il ne faut pas que l’arbre occulte l’enjeu réel, celui de restaurer une forêt :

  • Un grand écosystème forestier sous nos latitudes compte plus de 10 000 espèces sur quelques centaines d’ha seulement, dont seulement quelques espèces d’arbres. Dans les plantations, le plus souvent, une seule espèce d’arbres est plantée, parfois sur de grandes surfaces. Ce sont des monocultures, bien loin de la diversité d’une forêt
  • La plantation est une action symbolique et médiatique de court terme. Elle cache souvent une réalité plus complexe des enjeux (déforestation, restauration de la biodiversité dégradée, incendies, stockage du carbone, mauvaise gestion...)
  • Le message véhiculé conforte souvent une vision artificielle de la nature, celle-là même qui est promue par les forestiers les plus productivistes, même dans des contextes où il est prouvé que la plantation artificielle est peu économe et écologiquement souvent dommageable. Même pour la production intensive de matière, il est toutefois possible de faire autrement (nouvelle génération de plantation)

N’importe quel imbécile est capable de détruire des arbres. Ils ne peuvent pas s’enfuir (…). Peu de ceux qui abattent des arbres en replantent ; planter n’aurait d’ailleurs pas grande utilité pour retrouver quelque chose qui ressemble à une imposante forêt primaire. Le temps d’une vie d’homme, on ne peut obtenir que de tout jeunes arbres (...)

À y regarder de plus près, et avec l’expérience de 20 ans d’engagements dans la restauration des forêts dégradées sur le terrain, le réseau mondial du WWF montre que restaurer une forêt durablement est bien plus complexe. Cela requiert un engagement durable pendant de longues années, et souvent très coûteux si l’on veut se substituer entièrement aux processus naturels.

Restaurer une forêt dégradée fait appel à :

  • une analyse écologique fine de l’état de dégradation des qualités de l’écosystème forestier
  • une analyse des services dont les populations ont besoin
  • la définition d’un engagement d’un ensemble d’acteurs et d’objectifs à long terme (généralement plus d’une décennie pour remettre la forêt dégradée sur une trajectoire positive et autonome)
  • l’appel à diverses techniques forestières, comme la régénération naturelle et en dernier recours la plantation, mais aussi des techniques agricoles notamment pour stopper ou atténuer les pressions qui ont causé la dégradation des forêts.

Conseillers techniques du WWF formant des Panaméens aux forêts durables

Les actions du WWF

Un engagement durable

Le WWF travaille depuis 2001 à développer les connaissances, mobiliser les politiques et financeurs, tester et mettre en oeuvre sur le terrain des projets de restauration de paysages forestier prioritaires.

Des petits projets de restauration forestière ont été entrepris par le WWF depuis plusieurs décennies. En 2000, le réseau mondial WWF commença son travail sur la restauration de grands paysages forestiers. Novateur à l’époque, ce concept fut défini comme étant « un processus planifié visant à regagner l’intégrité écologique et à améliorer le bien-être humain dans les paysages déforestés ou dégradés ». Cette approche ouvrit des dimensions nouvelles et importantes, à savoir :

  • le lien entre la restauration et l’échelle du grand territoire, dépassant ainsi les petits projets à impact réduits ;
  • un objectif visant à inverser le processus de déforestation ou de dégradation forestière. Il ne s’agit pas uniquement de planter des arbres ;
  • l’intention d’atteindre un équilibre entre priorités écologiques et le bien être des êtres humains au sein d’un paysage forestier.

Le WWF France est particulièrement impliqué dans la restauration des mangroves de l’Ouest de Madagascar

En l’an 2000, le WWF a introduit la restauration des zones forestières dans son programme global sur les forêts, avec l’objectif d’entreprendre au moins vingt initiatives de restauration des paysages forestiers dans les régions forestières du monde les plus menacées, dégradées ou victimes de la déforestation. Des projets furent développés dans vingt régions du monde et permettent aujourd’hui de mieux comprendre les difficultés de l’exercice et les éléments clé à retenir.

En 2005, le WWF a coordonné l’écriture d’un manuel sur la restauration des paysages forestiers. Ce dernier passa en revue les connaissances accumulées par l’expérience ainsi que les problèmes en suspens, et fut publié par Springer en 2005. L’ouvrage engendra un grand intérêt et fut même traduit en langue chinoise. Sur le terrain, le WWF France s’est particulièrement impliqué dans la restauration des forêts sèches de Nouvelle-Calédonie, des forêts humides du Centre-Est de Madagascar et des mangroves de l’Ouest de Madagascar.

Nos projets actifs

Le WWF oeuvre depuis des années à ce que l’intégrité des forêts les plus importantes au monde soit enrichie et maintenue. A travers différents projets de terrain, le WWF mène des actions de conservation des forêts primaires et restauration forestière, tout en essayant de normer le marché des produits forestiers.

Protéger et restaurer les forêts humides de Nouvelle-Calédonie

La Nouvelle-Calédonie, l’un des principaux hotspots de biodiversité de la planète, jouit de forêts tropicales exceptionnelles mais également d’une diversité biologique sans commune mesure. Malheureusement, par son comportement, l’homme menace fortement de détériorer ces espaces uniques.

En savoir plus

Ensemble, agissons

Pour mieux répondre à l'urgence écologique, le WWF France oeuvre à la protection et la résilience des paysages forestiers.
Votre don est notre force.