La baleine à bosse ( Megaptera novaeangliae ) est l'espèces la plus géolocalisée grâce à l'application MObI

MObI : une application pour recenser les cétacés

Innovante, unique, collaborative et gratuite, l’application MObI (Marine Mammal Observer of Oceania by Internet) portée par le bureau de Nouvelle-Calédonie du WWF France permet à chacun de localiser et référencer ses observations de mammifères marins faites dans la région océanienne.

Les cétacés, poids lourds des océans menacés

Aujourd’hui, on recense près de 90 espèces de ces mammifères marins.

Les cétacés sont présents aux quatre coins du monde depuis des millions d’années. Géants des mers, ces animaux n’en restent pas moins menacés par les prises accidentelles liées à la pêche, le trafic maritime, la pollution et même la chasse (dans certaines zones). Or il est difficile de protéger ce que l’on connaît mal. Les îles d’Océanie sont riches en cétacés mais on ignore encore souvent quelles espèces sont présentes ainsi que l’état des populations. Cela tient en particulier à l’immensité de la zone qu’il est impossible pour les scientifiques d’étudier dans les moindres détails. Pour autant, nombreux sont ceux qui sillonnent ces eaux pour leur plaisir et leur activité professionnelle. Ces usagers de la mer représentent un potentiel d’informations considérable.

L’application MObI du WWF a été pensée pour que chacun puisse contribuer à en apprendre plus sur ces espèces et donc participer à leur sauvegarde.  

Le dauphin à nez long ( Stenella longirostris ) espèces recensée grâce à l'application MObI

Dauphin à long bec (Stenella longirostris), espèce recensée grâce à l'application MObI

Comment ça marche ?

Un délais nécessaire

Dans un souci de préservation des espèces et afin d’éviter tout traque, les données de localisation des cétacés ne sont mises en ligne que 48h après avoir été recueillies.

Avec la contribution du PROE, de la Crème de la Mer, de Te Me Um et de Te Mana o Te Moana, l'application MObI a été lancée en 2014. lElle permet à chacun de participer au recensement des dauphins, baleines et dugongs en Océanie, en partageant ses observations au sein d’une base de données. Simple d’utilisation, l’application a pour vocation d’être disponible à tout moment. Ainsi, il n’est pas requis d’être couvert par un réseau internet pour remplir les différents champs nécessaires au recensement d’une observation : pratique lorsque l’on est en mer ! Une fois la connexion retrouvée, les rapports s’envoient automatiquement.

En outre, inutile d’être un expert pour utiliser ce formidable outil. Il suffit  de remplir quelques champs tels que l’espèce, les coordonnées GPS, la date et le nombre d’individus. Pour cela, l’utilisateur est guidé par des descriptions et des illustrations. Ludique, l’application permet aussi à chacun d’en savoir un peu plus sur ces espèces qui peuplent nos océans et qui sont pour la plupart méconnues du grand public.

Enfin, pour ceux qui n’ont pas de smartphone ou tablette, un site internet est également disponible pour renseigner leurs observations depuis un ordinateur, une fois de retour à terre. Ce site offre, de surcroît, la possibilité à ses visiteurs de consulter une carte interactive leur permettant de visualiser les zones où des cétacés ont été répertoriés.

Participer à un projet scientifique collaboratif

Depuis la création de l’application 250 fiches d’observation ont déjà été transmises.

Derrière son aspect ludique et sa portée instructive, l’application MObI cache un véritable projet scientifique. Elle permet à chacun de contribuer à approfondir les connaissances sur la biodiversité marine en Océanie. Ainsi, on en sait davantage sur la répartition et les comportements de certaines espèces grâce aux publications des utilisateurs.
L’application constitue donc une aide des plus précieuses dans la collecte d’informations sur les mammifères marins : « Si les scientifiques sollicitent depuis déjà longtemps l’aide du public et des professionnels de la mer pour recueillir des informations, leur transmission et leur intégration à une base de données restaient fastidieuses. D’où l’idée de créer un outil de collecte de données à la fois simple et moderne s’appuyant sur les nouvelles technologies », explique Marc Oremus, coordinateur du programme marin au WWF France en Nouvelle-Calédonie et créateur de l’application.

Une fois collectées, les informations pourront contribuer à la mise en place de projets de conservation et à une meilleure gestion de ces espèces emblématiques. Par exemple, la position géographique des observations peut donner des indications quant à l’existence d’habitats clés de certaines espèces jusqu’ici méconnues. La totalité des données collectés par les utilisateurs de l’application MObI sont librement partagées avec l’ensemble des gestionnaires et des scientifiques afin que celles-ci soit amplement valorisées. Actuellement l’espèce la plus observée est la baleine à bosse avec 80 signalements.  

Baleine bleue (Balaenoptera musculus) en plongée au large de la Nouvelle-Zélande

Ensemble, agissons

Le WWF œuvre à la conservation des espèces menacées sur tous les continents. Aidez-nous à poursuivre nos actions au plus près du terrain.
Votre don est notre force.