Exploitante malaisienne d'huile de palme (Malaisie)

Huile de palme : permettre aux petits exploitants d’accéder au marché durable

Présente dans de très nombreux produits alimentaires et cosmétiques, l’huile de palme contribue à la déforestation des régions tropicales et notamment en Indonésie et en Malaisie. Si les gros industriels commencent à prendre conscience de la nécessité de mettre en place des plantations durables, la mise en oeuvre de pratiques responsables est plus complexe pour les centaines de petits producteurs. Le WWF agit donc en les accompagnant vers le marché durable de l’huile de palme.  

Malaisie : principal producteur d’une huile devenue incontournable

Principaux pays producteurs d'huile de palme

Indonésie45%
Malaisie39%
Autres16%

Première huile végétale produite au monde, l’huile de palme est omniprésente dans notre quotidien. De nombreux produits de grande consommation comme les aliments, les cosmétiques les peintures et les agrocarburants, sont composés de cette huile produite à plus de 85% par l’Indonésie et la Malaisie. Dans ce dernier, la surface des palmeraies ne cesse de s’accroître : elle est ainsi passée de 3,34 millions d’hectares en 2000 à 4,86 millions d’hectares en 2010. Par ailleurs, la part de surface allouée aux petits exploitants d’huile de palme a explosé sur la même période. Si en 2000 ils possédaient 9,6% des surfaces plantées, ils en possédaient 14% en 2011.

L’huile de palme joue un rôle économique majeur dans ces régions. Sa récolte nécessite une importante main d’œuvre, elle constitue donc pour les populations rurales une opportunité de sortir de l’extrême pauvreté. C’est ce qui explique l’augmentation de la proportion de petits exploitants.

Fruits de palmier à huile

Fruits de palmier à huile

Des pratiques peu durables

Un fléau pour la forêt

L'huile de palme serait responsable de 90% de la déforestation en Malaisie.

Face à une demande en constante progression, la production d’huile de palme doit croître, et ce, souvent au détriment des écosystème naturels. Les plantations se font aux dépens de denses et luxuriantes forêts vierges, désormais sévèrement touchées par la déforestation, ainsi qu’au détriment des tourbières, écosystèmes stockant d’importantes quantités de carbone.
Au cours des deux derniers siècles, 90% des forêts malaisiennes et indonésiennes ont été détruites, notamment à cause de l’exploitation du palmier à huile. Cette dernière détruit l’habitat naturel de très nombreuses espèces comme les orangs-outans, les éléphants ou les rhinocéros, aujourd’hui extrêmement menacés.

Il est ainsi estimé qu’une plantation de palmier à huile réduit de 90% au minimum le taux de biodiversité par rapport à une forêt tropicale primaire. En outre, l’expansion des activités de production d’huile de palme et les pratiques agricoles qu’elles engendrent ont accru la pollution des sols, des eaux et de l’atmosphère. En 2015, la pratique de la culture sur brûlis a occasionné la production de nuages de fumée, impactant ainsi la santé de milliers de personne pendant plusieurs semaines. Décimées, les forêts et tourbières ne peuvent plus exercer leur fonction de stockage de carbone, les gaz à effet de serre sont désormais relâchés dans l’atmosphère.

Face à ces menaces, le WWF Malaisie a créé le programme "Huile de Palme Durable" afin de réduire l’impact de cette industrie et d’aider les producteurs à obtenir la certification RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil) pour une production d’huile de palme responsable. Mais de grands défis restent à résoudre : le problème des infrastructures, le renforcement des capacités des petits exploitants, l’élaboration de matériel de formation pour ses derniers, la mise à jour de l'information etc. Il faut donc aller plus loin dans la structuration de la filière.

Plantation d'huile de palme (Malaisie)

Soutenir les petits exploitants vers le marché durable

La production durable d’huile de palme peut réduire la pauvreté mais également la pression exercée sur les forêts.

Conscient de l’impact écologique et économique de la production d’huile de palme, le WWF agit activement pour que les petits exploitants accèdent au marché de l’huile de palme durable. Ainsi, en collaboration avec une association locale, nous avons lancé en 2015 un vaste projet, dans la région de Sabah (située au Nord-Est de l’île de Bornéo), où de nombreux projets en lien avec l’huile de palme et la reforestation ont déjà été menés.

L’objectif premier est d’encourager les petits exploitants à obtenir la certification RSPO. Pour cela, nous soutenons une association locale qui coordonne et maintient les relations entre les différents acteurs concernés et les groupes d’exploitants. Nous organisons également des formations et partageons nos connaissances afin que de meilleures pratiques de production et de gestion soit adoptées dans les plantations.
Par ailleurs, le projet devrait permettre de mettre en place une chaîne d’approvisionnement en huile de palme responsable certifiée RSPO physiquement séparée de l’huile de palme non certifiée vers l’Europe. À ces fins, un système de traçabilité des produits certifiés RSPO devrait voir le jour afin de permettre de suivre l’huile de palme depuis les petits planteurs soutenus dans le cadre du projet, jusqu’au produit fini.

À terme, ce projet devrait démontrer l’engagement commun des consommateurs et des petits exploitants pour le respect des écosystèmes. Le développement du projet devrait permettre d’élargir le nombre d’exploitants certifiés et d’augmenter la productivité sur les parcelles déjà existantes, en plus de générer des revenus supplémentaires pour les petits exploitants.

Femme récoltant ses légumes, qui ont poussé grâce à un système d'irrigation goutte à goutte, dans le cadre du programme du WWF Chemi Chemi Dry Land Women's Farming (Kenya)

Ensemble, agissons

Pour mieux répondre à l'urgence écologique, le WWF France milite pour la transition vers des systèmes alimentaires durables.
Votre don est notre force.