Sur les Traces du Panda

Chaque trimestre, retrouvez en ligne Sur les traces du Panda, le journal des donateurs du WWF France accessible pour toutes et tous ici. Au menu, les sujets qui font l'actualité, un focus sur les bonnes pratiques, le témoignage exclusif de personnalités engagées. Mais aussi des brèves, des conseils pour agir, des chiffres et des citations qui nous ont interpellés. Nous n’allions quand même pas les garder pour nous…

L'édito du dernier numéro

Sur les Traces du Panda 105

Avec l’accélération de la vaccination, nous nous prêtons à rêver que l’épidémie est derrière nous et qu’elle ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir. Le retour des jours heureux ? Celui des beaux jours, en tout cas. Car ça y est, l’été est enfin là ! Et pour beaucoup, des vacances bien méritées se profilent.

A nous la douceur des soirées sous les étoiles, les après-midis de plage à lézarder sur le sable, les lectures paresseuses, alanguis dans nos transats, bref, place au farniente et à la détente ! Car nous avons tous besoin d’un immense repos.

Après ces longs mois d’incertitudes et d’angoisse, notre mental largement ébranlé requiert une trêve. Plus que jamais, notre esprit a besoin de s’évader. Et si nous nous mettions au vert pour retrouver
notre énergie vitale ?

Parce qu’elle nous a façonnés et que nous avons vécu en étroite connexion avec elle pendant des millions d’années, la nature a imprimé une marque indélébile dans notre corps et notre esprit. Source de calme et d’harmonie, elle seule demeure capable de nous régénérer à ce point sur les plans physique, psychologique et émotionnel.

Sur le corps, cela fait longtemps que ses bienfaits sont établis scientifiquement. Des chercheurs japonais ont montré que le taux de cortisol, marqueur du stress, chute de manière spectaculaire chez des sujets se promenant dans un cadre verdoyant, tandis qu’il stagne, ou baisse à peine, chez ceux qui déambulent dans un environnement urbain.

Pour les chanceux vivant à proximité d’espaces verts, l’hypertension, mais aussi, les troubles anxieux ou encore les infections respiratoires seraient moins fréquents.

Une autre étude, plus ancienne celle-ci, a conclu que la production d’endorphines, hormones du bien-être, augmente en présence de végétaux naturels. Des malades dont la chambre donne sur un jardin consomment moins de médicaments anti-douleurs que ceux qui ont vue sur cour.

C’est sans doute pour cela que l’éco-psychologie, née aux Etats-Unis, gagne du terrain en Europe. Cette démarche thérapeutique vise à réconcilier l’Homme et son environnement, partant du principe que notre santé, physique comme psychique, ne peut être assurée que par un minimum de contacts avec la nature.

Alors cet été, vous prendrez bien un peu de green vitamines ?

Isabelle Autissier
Isabelle Autissier
Présidente d'honneur du WWF France

Documents à télécharger