Corne de rhinocéros vendue au marché noir d'Hanoï, Vietnam

Réduire la demande de cornes de rhinocéros au Vietnam

La demande en corne de rhinocéros en Asie, y compris au Vietnam, est l’un des facteurs majeurs de leur braconnage en Afrique en particulier, et du commerce illégal qui en découle. Au Vietnam, si des efforts importants ont été réalisés d’un point de vue réglementaire, le changement de comportement des consommateurs devient un enjeu majeur pour lutter contre ce phénomène. Le projet du WWF vise donc à réduire la demande en corne de rhinocéros au Vietnam à travers un engagement fort d’organisations de la société civile (OSC) et des entreprises considérées.

Les rhinocéros, menacés par le braconnage, sont en danger d’extinction

Une situation qui reste très inquiétante

Il reste environ 28 000 rhinocéros sur la planète (soit 23 fois moins que d’éléphants d’Afrique !). Le braconnage est l'une des principales menaces. En 2001, le dernier rhinocéros survivant de la sous-espèce des rhinocéros de Java (R. sondaicus annamiticus) a disparu au Vietnam du fait du braconnage. En Afrique du Sud, le braconnage de rhinocéros a explosé de plus de 9 000% de 2007 à 2016. A l’heure actuelle, trois rhinocéros en moyenne sont encore tués chaque jour en Afrique du Sud.

Les rhinocéros sont gravement menacés d’extinction en raison de la consommation croissante de leurs cornes qui motive les chasseurs à les tuer. En 2014, 1 215 rhinocéros ont été abattus illégalement en Afrique du Sud. Cette situation met en péril la capacité des gouvernements à les protéger et compromet les bénéfices socio-économiques liés au tourisme d’observation de la vie sauvage.
Par ailleurs, le commerce illégal d’espèces sauvages détériore la sécurité et le développement des régions concernées. L’aggravation du braconnage des rhinocéros s’explique par la valeur élevée des produits dérivés de ces animaux sur les marchés d’Asie de l’Est et du Sud-Est.

Dans certains pays comme le Vietnam, la croissance du pouvoir d’achat est à l’origine de l’apparition de certaines tendances comme la « consommation ostentatoire » et la « propriété individuelle » de spécimens uniques, précieux et rares de la faune sauvage. Auparavant employée dans les médications traditionnelles, la corne de rhinocéros est devenue notamment le symbole de l’affirmation du statut social.

Dans le village de Bat Trang, à la périphérie de Hanoi, au Vietnam, on peut trouver de la poudre de corne de rhinocéros destinée à la consommation.

De la nécessité de réduire la demande et changer les comportements de consommation

Gagner la lutte contre le braconnage nous oblige à nous attaquer à la question de la demande illégale de la corne de rhinocéros. Il est important d’appuyer les stratégies de réduction de la demande dans les pays consommateurs d’Asie, au Vietnam en particulier. Cela peut passer notamment par approches de changements des comportements de groupes de consommateurs cibles en agissant sur les facteurs de consommation émotionnels et fonctionnels qui leurs sont propres.

Traditionnellement considéré comme un pays de provenance pour de nombreux spécimens d’espèces sauvages, le Vietnam est rapidement devenu un grand consommateur-importateur d’espèces sauvages. Les cornes de rhinocéros, en provenance d’Afrique mais aussi, depuis peu, d’Asie, sont vendues au Vietnam à des clients locaux. Bien que le gouvernement vietnamien ait promulgué de multiples lois, décrets et réglementations pour s’attaquer au commerce illégal d’espèces sauvages, aucune réglementation spécifique ne s’applique actuellement à la consommation de spécimens de faune sauvage. Dans ces conditions, une action de sensibilisation et de communication allant dans le sens d’un changement des comportements apparaît essentielle pour réduire la demande de ces spécimens.

A cet égard, les organisations de la société civile (OSC) sont considérées comme l’un des acteurs les plus pertinents pour porter le message de changement de comportement auprès des consommateurs ciblés.

Une recherche approfondie menée par TRAFFIC en 2013 sur le marché vietnamien de la corne de rhinocéros a permis d’identifier les groupes de consommateurs clés (hommes et femmes d’affaires âgés de plus de 40 ans et jeunes mères), mais aussi un éventail de consommateurs potentiels beaucoup plus large, dont la demande se heurte aujourd’hui à des contraintes d’accès à ce type de produits et de revenu. Par ailleurs, Hanoï et Ho-Chi-Minh-Ville demeurent les premiers centres de consommation et de commerce de spécimens d’espèces sauvages (colle d’os de tigre, corne de rhinocéros…).

Changer les comportements des consommateurs à travers la mobilisation et le soutien de la société civile au Vietnam

Il est essentiel d’impliquer des OSC traditionnellement absentes du champ de la sensibilisation et de la promotion du changement comportemental en matière de conservation, mais dont le potentiel d’action sur les normes sociales est immense. Cette démarche facilitera la diffusion du message des"champions du changement" pour la conservation des espèces sauvages et préparera le lancement de campagnes de changement comportemental plus spécifiques.

Le WWF est depuis longtemps actif au Vietnam en matière d’élaboration de politiques, de communication et de sensibilisation. La campagne menée conjointement en 2013 par le WWF et TRAFFIC contre le commerce illégal d’espèces sauvages portait sur la corne de rhinocéros au Vietnam et posait le socle de l’organisation d’une campagne ciblée et axée sur la réduction de la demande.

Le WWF, soutenu par l’Agence Française de Développement, a lancé un projet pour protéger les rhinocéros par la mobilisation de la société civile et du secteur privé en faveur de la réduction de la consommation de leur corne. Ce projet se concentre sur les deux premières villes du pays, Hanoï et Ho-Chi-Minh-Ville (HCMV) qui représentent une fraction substantielle de la population urbaine et où la consommation illégale de spécimens d’espèces sauvages est la plus forte.

Les bénéfices procurés par les interventions en matière de conservation pourraient être ressentis par les communautés locales des États d’Afrique et d’Asie abritant des rhinocéros, bien que les activités du projet soient mises en œuvre au Vietnam. Ce projet entend s’associer à des organisations de la société civile (OSC) et à des personnes influentes auprès du public ciblé (dirigeants d’entreprise, leaders d’opinion, personnalités gouvernementales et icônes culturelles) pour les encourager à véhiculer des messages en vue de réduire la demande, en les transformant en acteurs du changement. Au 31 mars 2017, la Chambre de commerce et d’industrie du Vietnam (VCCI) avait déjà organisé 240 formations et mobilisé 11 000 représentants d’entreprises autour des enjeux liés à la RSE et au rôle des entreprises dans la lutte contre la criminalité faunique.

 

Atelier de sensibilisation à destination de chefs d'entreprises vietnamiens sur le sort du rhinocéros

Ensemble, agissons

Le WWF œuvre à la conservation des espèces menacées sur tous les continents. Aidez-nous à poursuivre nos actions au plus près du terrain.
Votre don est notre force.