Chaîne de montagne du parc national de Pirin
Sauvons le Parc de Pirin de l’exploitation incontrôlée

Le Parc de Pirin est menacé par des projets d'exploitation forestière et le développement d'infrastructures pour le ski. Ensemble, demandons au Premier ministre bulgare d'agir au plus vite.

Pirin, réservoir de biodiversité

Le parc de Pirin comprend de nombreux paysages de montagne calcaire avec des lacs glaciaires, des cascades, des grottes ou encore des forêts de conifères. Il fait partie du réseau Natura 2000 de l'UE pour ses ressources uniques telles que les forêts de pins au sein desquelles on trouve le pin "Baikushev", un pin de Bosnie vieux de 1 300 ans et considéré comme le plus vieil arbre de la péninsule balkanique. Le parc accueille également plusieurs espèces en danger, notamment l'ours brun et le chamois.

Un parc menacé par l’exploitation

Pirin est l'un des nombreux sites naturels de l'UNESCO fortement menacés par les activités industrielles nuisibles. Les menaces actuelles témoignent de l'absence de mise en œuvre adéquate de la législation existante. Le WWF fait campagne pour s'assurer que les lois actuelles sont maintenues et mises en œuvre efficacement pour lutter contre les activités industrielles nuisibles, comme l'agriculture non durable ou le développement des infrastructures énergétiques et de transport. A ce jour, plus de 108 000 personnes ont signé la pétition réclamant au Premier ministre Boyko Borisov de protéger le site. 

Le gouvernement bulgare à l'encontre de l'opinion publique

Le 28 décembre, le gouvernement bulgare a accepté des modifications majeures - et dramatiques - au plan de gestion actuel du Parc national de Pirin, changements qui pourraient autoriser des constructions sur plus de 48% de l'aire du parc.
Cette décision, annoncée quelques jours avant que la Bulgarie ne prenne la présidence du Conseil européen, intervient au lendemain de la clôture d'une consultation publique lancée le 22 novembre 2017 et n'intègre en aucun cas les recommandations émises par les concitoyens. 

En mars 2017, le WWF et d’autres ONG avaient déjà déposé plainte auprès de la Cour administrative suprême de Bulgarie suite à la décision du ministère de l'Environnement et de l'Eau de ne pas réaliser d’évaluation d’impact environnemental en vue de l'ébauche d'un nouveau plan de gestion.

"Le nouveau projet de plan de gestion pour le Parc national de Pirin est très controversé, mais les modifications acceptées par le gouvernement au plan de gestion actuel sont pires !" 
Le nouveau plan de gestion prévoit par exemple l'ouverture à la construction sur une superficie 12,5 fois plus grande que la zone actuellement autorisée alors que les changements au plan de gestion actuel permettent de construire sur une zone 80 fois plus grande", a déclaré Katerina Rakovska (WWF Bulgarie.)

Un autre modèle de développement est possible

Les villages et villes qui bordent le parc de Pirin offrent de nombreuses opportunités touristiques comme la randonnée, le spa, le VTT, le ski, les raquettes, le kayak et autres activités de plein air qui ne détruisent ni la forêt primaire de Pirin, ni ses paysages. Le WWF encourage à favoriser un développement durable de la région, profitant à ses habitants et à la nature.

 

Signer la pétition