Une loi contre la déforestation

Nous importons et consommons des produits qui contribuent à la déforestation à l’autre bout du monde. L’Union Européenne est responsable de plus d’un tiers de cette déforestation importée. Ensemble nous nous sommes mobilisé pour mettre fin à ce scandale. Plus d’un million de citoyens européens ont demandé à l’UE une loi ambitieuse contre la déforestation !

Une opportunité historique

5,1 millions d’hectares : c’est la surface potentiellement déforestée pour produire ce que la France importe chaque année.

De nombreux produits que nous achetons régulièrement contribuent à la déforestation. La viande, les œufs et les produits laitiers que nous mangeons chaque jour sont issus d’animaux dont la plupart sont nourris au soja. Cette culture ne cesse de s’étendre, empiétant sur des joyaux de biodiversité comme les forêts naturelles d’Amérique du Sud ou la savane du Cerrado. Il en va de même pour le chocolat fabriqué à base de cacao cultivé en Afrique de l’Ouest au détriment des forêts.

Et la liste est longue : produits cosmétiques, carburants… notre consommation en Europe provoque la destruction des forêts tropicales et d’autres espaces naturels essentiels comme la zone humide du Pantanal, les prairies nord-américaines ou les savanes boisées d’Afrique centrale. Et avec eux, des services écosystémiques indispensables ont disparu. Car ces espaces nous approvisionnent en eau, en nourriture, en médicaments et des millions de personnes dépendent d'eux pour leur survie. Ils remplissent aussi des fonctions écologiques indispensables d’épuration de l’air, de l’eau et des sols, de stockage de carbone, etc.

L’UE est responsable de 10% de la déforestation liée au commerce international de produits agricoles.

Nous voulons une loi ambitieuse contre la déforestation

En 2020, nous nous sommes mobilisés pour mettre un terme à la déforestation importée par l’Union Européenne. Cette dernière est l'un des principaux importateurs de produits liés à la déforestation comme l'huile de palme et le soja, mais également d'autres produits, comme le bœuf issu de l'élevage en Amazonie, le café et le cacao. L’UE est responsable de 10% de la déforestation liée au commerce international de produits agricoles. Pourtant, rien n’empêche aujourd’hui de vendre sur le marché européen des produits liés à la déforestation ou à la conversion d’espaces naturels. 

Nous ne voulons pas interdire ces produits, nous voulons seulement nous assurer qu'ils sont cultivés de manière durable. Mais pour ce faire, nous avons besoin d'une législation européenne forte.

Or, une loi ambitieuse qui empêche les produits liés à la déforestation et à la dégradation des écosystèmes d'entrer sur le marché de l'UE est en cours de discussion à Bruxelles. Une telle loi aurait un impact massif puisque la déforestation représente environ 12 % des émissions mondiales de GES. Elle offrirait enfin la garantie aux citoyens européens que leur consommation ne contribue pas, contre leur gré, à la déforestation, à la conversion des écosystèmes et à la dégradation des terres. 

De septembre à décembre 2020, la Commission européenne a lancé une consultation publique à ce sujet, l’occasion parfaite pour faire entendre nos voix. Le résultat est sans appel : en trois mois, plus d’un million de citoyens et citoyennes en Europe se sont mobilisé·e·s pour demander à l’UE d’adopter une loi ambitieuse contre la déforestation !

Merci pour votre mobilisation !

Orang-outan de Bornéo (Pongo pygmaeus wurmbii), parc national de Tanjung Puting (Indonésie)