02. mars 2016 — Communiqué de presse

Accord de Paris sur le climat : la Commission européenne affaiblit le leadership de l’UE

Afin de préparer la rencontre des ministres de l’environnement le 4 mars au Conseil environnement puis le Sommet des chefs d’Etats les 17 et 18 mars au Conseil européen, la Commission européenne vient de publier une communication relative à l'impact de l'Accord de Paris sur les politiques climatiques européennes. Malheureusement, cette communication est loin d’être à la hauteur des enjeux. 

Quelle est l’interprétation par l’UE  de l’Accord de Paris ? Quel est l’impact de l’accord sur les politiques européennes ? Comment l’UE compte-t-elle mettre en œuvre ses promesses climatiques à travers l’Union de l’énergie et ratifier l’Accord de Paris ? La communication de la Commission présentée ce jour a pour vocation d’aider les états membres dans les décisions qui devraient être prises dans les prochains jours pour concrétiser l’Accord de Paris.

Le WWF note que cette communication de la Commission affaiblit le leadership européen sur le climat, puisqu’elle semble fermer la porte à toute revue à  la hausse de son ambition. L'objectif actuel de l’UE visant à réduire « d'au moins 40% » les émissions d'ici 2030 n'est en ligne ni avec l’objectif « zéro émissions net » entre 2050 et 2100 ni avec les efforts requis pour limiter la hausse de la température moyenne mondiale en-dessous de 1.5°C comme décidé à la COP21.

L’UE doit donc revoir cet objectif à la hausse. Alors que le WWF appelle à faire cette revue bien avant 2018, la Commission ne semble envisager une revue qu’à partir de 2023 – date du premier bilan mondial de l’accord de Paris – et uniquement pour l’action au-delà de 2030.

Selon Pascal Canfin, directeur général du WWF France : "Il s'agit du premier test européen après la COP21 pour Ségolène Royal qui a repris le flambeau de la Présidence française. Le WWF appelle la ministre de l’écologie à défendre dès vendredi un alignement de l'ambition climatique européenne sur les objectifs de l'Accord de Paris. Alors que le projet européen semble perdre pied, la transition énergétique permettrait de créer des milliers d'emplois et de donner aux citoyens européens de meilleures conditions de vie et de santé. »

Selon Geneviève Pons, directrice du bureau des politiques européennes du WWF : « La communication de la Commission européenne ignore totalement les implications de l'Accord de Paris sur l'UE. Les pays membres doivent démontrer que l’ambition climatique affichée par l'UE à la COP21 n'est pas un coup d'épée dans l'eau. Rester « bien-en dessous de 2°C » nécessite une réduction des émissions d'au moins 95% d'ici 2050 : l’UE doit donc sérieusement revoir ses objectifs pour 2030. »

L’année 2016 est une année charnière sur le climat et l’énergie au niveau européen puisqu’elle doit traduire l'Accord de Paris. Des décisions clés sont attendues sur la réforme du marché de quotas d’émissions européen (ETS), la révision de la directive sur l'efficacité énergétique et la proposition de directive sur l’énergie renouvelable.