15. juillet 2015 — Communiqué de presse

Conférence internationale d’Addis-Abeba : quel financement pour un développement durable ?

La Conférence internationale sur le financement du développement, qui aura lieu à Addis-Abeba du 13 au 16 juillet prochains, sera cruciale pour démontrer les efforts pour passer d’une économie mondiale à un développement durable.

Faisant suite à une série de réunions majeures organisées en 2015, cette rencontre onusienne sur le financement du développement doit permettre aux pays participants de rompre le lien entre croissance économique et dégradation de l’environnement en engageant des fonds pour éradiquer la pauvreté et protéger la planète.

Selon Marco Lambertini, directeur international du WWF, « La création d’économies résilientes ne peut avoir lieu sans la protection des hommes et des écosystèmes à travers un changement de mentalités. Le nouveau financement pour le développement et le climat doit être construit en toute transparence. Les mécanismes de financement doivent privilégier les solutions bas carbone, résilientes au changement climatique et proposant un développement respectueux des droits humains et de l’environnement. »

Le récent rapport From billions to trillions: Transforming developmentfinance réalisé par plusieurs banques de développement estime que le financement des Objectifs de développement durable (ODD) implique d’aller au-delà des 135 milliards de dollars d’aide publiquement au développement (2014) et de mobiliser plusieurs milliers de milliards de dollars par an toutes sources de financement confondues.

Les gouvernements doivent conduire ce changement en fournissant davantage de ressources publiques domestiques mais les banques multilatérales de développement, les banques nationales et le secteur privé doivent tous contribuer. Tous les investissements et flux financiers, y compris le financement du développement, doivent être transparents et promouvoir la durabilité.

"Le développement durable doit permettre de vivre mieux et dans la limite des ressources naturelles dont nous avons besoin pour survivre. Il ne peut y avoir de futur pérenne sur une planète pillée ! Afin de soutenir les Objectifs de développement durable et parvenir à un accord sur le climat à la fin de l’année, les pays doivent remplir leurs engagements, et notamment mobiliser 100 milliards de dollars par an pour le climat à partir de 2020 sans imputer les aides existantes." souligne Marco Lambertini.

Par ailleurs, les gouvernements doivent mettre fin aux subventions aux énergies fossiles et plus généralement à toutes les subventions ayant un impact négatif sur l’environnement pour permettre la transition vers des investissements en faveur des énergies renouvelables, de l’agriculture durable et des pêcheries durables. Cette transition pourra avoir lieu grâce à des mécanismes minimisant les effets indésirables sur les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables.

Selon Fred Kumah, directeur du bureau régional du WWF en Afrique, "Il ne faut pas oublier que cette conférence a lieu en Afrique, un continent qui souffre de manière disproportionnée des impacts de la mondialisation et du changement climatique. Le bien-être humain dépend de l’accès à l’eau potable, des terres agricoles, de la sécurité alimentaire et de l’accès à l’énergie. Les pays doivent s’engager à mettre les moyens nécessaires pour que ces besoins primaires soient satisfaits, pour améliorer les conditions de vie et limiter les menaces liées au changement climatique et à la dégradation de l’environnement."
Les gouvernements se réuniront à nouveau en septembre pour se mettre d’accord sur une liste de 17 ODD essentiels pour parvenir à un réel développement durable.