28. février 2018 — Communiqué de presse

En Asie, un tiers des aires protégées risquent de voir disparaître les tigres qu'elles abritent

11 organisations de conservation de la nature, dont le WWF ainsi que les gouvernements des pays de l'aire de répartition des tigres, ont enquêté sur l'état des aires protégées où vivent environ 70% des tigres sauvages du monde. Les résultats interpellent : seulement 13% des aires sont conformes aux normes internationales et au moins un tiers des sites risquent de voir disparaître les tigres qui y vivent.

Mère tigre et ses 2 jeunes de dos (Inde)

Autre fait alarmant, la plupart des zones étudiées sont localisées en Asie du Sud-Est, où la population de tigres a décliné drastiquement ces dix dernières années.

C'est la plus importante évaluation des aires protégées abritant des tigres en Asie jamais menée. Afin d’assurer la conservation de l’espèce, la gestion de ces aires protégées doit respecter les critères du CA|TS (Conservation Assured Tiger Standards). Il est donc primordial de mener une gestion efficace pour mettre un terme au déclin des tigres sauvages et inverser la tendance.

« Pour y parvenir, il est absolument essentiel d'investir à long terme dans la conservation du tigre et cette responsabilité incombe aux gouvernements des pays de l'aire de répartition du tigre ». S. P. Yadav, Secrétaire général adjoint du Global Tiger Forum

Il faut investir sur le long terme sous peine de perdre la population de tigres !

Le braconnage demeure l'une des plus grandes menaces auxquelles sont confrontés les grands félins. Or 85% des zones étudiées ne disposent pas de patrouilles anti-braconnage efficaces. En outre, 61% des aires de conservation d'Asie du Sud-Est n'ont pas assez de moyens pour lutter contre le braconnage.

La mauvaise gestion de ces aires protégées peut être expliquée par un investissement trop faible des gouvernements d'Asie du Sud-Est. Si les gouvernements ne s'engagent pas à investir sérieusement dans la protection de ces sites, les populations de tigres pourraient à nouveau faire face au déclin catastrophique qu'elles ont subi au cours des dernières décennies. « Il faut investir de toute urgence, en particulier dans de nombreux sites d'Asie du Sud-Est, afin d'aider à rétablir la population de tigres », souligne Michael Baltzer, Président du Comité exécutif du CA|TS et Responsable de la « Tigers Alive Initiative » du WWF.

Sugoto Roy, Coordinateur du Programme intégré pour la conservation de l'habitat du tigre de l'UICN

« Les résultats de ce rapport sont pour les gouvernements un outil précieux pour prendre des décisions éclairées qui fassent progresser la conservation du tigre et tracent une voie durable permettant aux parcs, aux populations et aux tigres de prospérer ensemble ». 

Pour rappel, en 2010, le WWF avait convié les 13 pays dits du tigre lors d'un sommet à Saint-Pétersbourg. L'ensemble des États s'étaient alors engagés à doubler le nombre de tigres sauvages d'ici 2022. Grâce aux nombreuses actions menées depuis 2010, notamment en Inde, une légère reprise a été observée et le nombre de tigres sauvages est aujourd'hui estimé à 3 890.

Le 3 mars prochain sera célébrée la Journée mondiale de la vie sauvage, placée cette année sous le signe de la protection des grands félins. Ce rapport vient à point nommé pour rappeler la nécessité de sécuriser les habitats des tigres sauvages et d'impliquer les communautés locales, afin d'assurer la protection et la survie de cette espèce majestueuse.