08. mars 2017 — Communiqué de presse

La France se dote d’une Stratégie nationale pour la mer et le littoral

La Stratégie nationale pour la mer et le littoral (SNML), adopté par décret publié le 24 février au Journal Officiel, a été présentée aujourd’hui en Conseil des Ministres.

Le WWF salue l’adoption de cette stratégie maritime par la France, pays présent dans toutes les régions océaniques du globe grâce à ses outremers et responsable d’un espace maritime de plus de 11 millions de kilomètres carrés.
Cette politique intégrée va donner un cadre à la planification de l'espace maritime qui démarre en France, comme dans tous les autres pays européens, et doit s’achever en 2021.

Pour le WWF, l’enjeu est de ne pas répéter en mer les erreurs commises dans l’aménagement du territoire terrestre.
La Stratégie nationale pour la mer et le littoral propose une vision d'avenir pour tous les acteurs du monde maritime, qu'il s'agisse des acteurs économiques, du monde de la recherche, de la société civile ou des acteurs publics.

Le WWF s'est fortement impliqué dans la rédaction de cette stratégie afin d'équilibrer enjeux économiques et environnementaux, notamment en Méditerranée où la pression des activités humaines est déjà particulièrement importante.
Le WWF s'est notamment mobilisé pour que des objectifs stratégiques de long terme figurent au premier plan de ce texte.

Aujourd'hui, la Stratégie nationale mer et littoral porte ainsi l'ambition :

  • de la transition écologique pour la mer et le littoral ;
  • de développement d'une économie bleue durable ;
  • du bon état écologique du milieu marin et de la préservation d’un littoral attractif ;
  • du rayonnement de la France.

Avancée importante, la Stratégie nationale pour la mer et le littoral donne une base juridique au moratoire annoncé en avril 2016 par Ségolène Royal sur la recherche d’hydrocarbures en Méditerranée, qu’il s’agisse des eaux territoriales ou de la zone économique exclusive, et l’étend à la façade atlantique du territoire métropolitain.

Même si l'on regrette vivement que la SNML maintienne la porte ouverte à l'exploration des hydrocarbures en outre-mer, où les enjeux notamment en Guyane sont très importants, il faut saluer cette extension qui contribuera à assurer la préservation de la biodiversité marine et à réduire les risques de dommages sur les écosystèmes fragiles de Méditerranée et de la façade atlantique.

Le WWF appelle le président de la République et, à défaut, son successeur à étendre le moratoire à l’ensemble des eaux sous juridiction française.