10. décembre 2015 — Communiqué de presse

La présidence française de la COP21 présente un premier projet d’accord

Selon Tasneem Essop, cheffe de la délégation du WWF pour la COP21, "Les ingrédients sont toujours réunis pour parvenir à un accord ambitieux à Paris."

Mais les ministres ont encore des décisions difficiles à prendre. Ces derniers n’ont plus que 2 jours pour faire le choix entre un monde à 1,5°C de hausse de la température moyenne mondiale ou bien un monde à 3°C.

 

Le texte intègre maintenant plus d’options garantissant que tous les pays se retrouveront d’ici 2020, au niveau international, pour revoir à la hausse le niveau d’ambition de leurs promesses nationales. Ceci dit, les parties vont devoir combler certaines lacunes et s’assurer que la « révision avant 2020 » et le « mécanisme de l’ambition » recouvriront les sujets clés de l’action climatique – l’adaptation, les financements et la réduction des émissions – pour ne laisser aucun pays sur la touche. »

 

Selon Pierre Cannet, responsable du programme Energie et Climat au WWF France, « L’enjeu de ces prochaines heures sera de voir les pays avancer intelligemment sur les points durs qui persistent dans la négociation, de manière à ce que les options fortes dont dépend l’ambition climatique soient bel et bien actées dans le texte.

 

Nous sommes soulagés de voir figurer dans le projet d’accord des options que nous voulions sauver. C’est par exemple le cas de l’opportunité laissée aux pays de réviser à la hausse leurs promesses et leurs efforts avant l’entrée en vigueur de l’accord de Paris en 2020. Nous restons malgré tout prudents et mobilisés pour que ces sujets ne soient pas torpillés au profit de tractations de dernière minute. »

 

Le projet d’accord remis aujourd’hui est disponible en ligne.