01. avril 2016 — Communiqué de presse

Le WWF sensibilise consommateurs et professionnels 
à l’impact d’une pêche irraisonnée sur les pays du Sud

« Horrible ? Rien n’est plus horrible que la surpêche. Faites le bon choix : optez pour du poisson durable »
A travers une campagne européenne déployée en France à partir d’aujourd’hui, le WWF interpelle citoyens et entreprises sur l’impact de la consommation des pays du Nord sur les pays producteurs du Sud.
 

Banc de poisson

La campagne du projet Fish Forward, financé par l’Union européennevise surtout à  souligner en quoi notre consommation de poisson peut changer le monde ou, plus précisément, en quoi chaque consommateur a les moyens de contribuer à une économie mondiale plus responsable en achetant des produits soutenables.

Si le spot vidéo et les visuels du dispositif de communication apostrophent chaque acteur de la société, le site web www.fishforward.eu ainsi que les comptes Facebook, Twitter, Linkedinet Instagram du WWF se feront à la fois guide et relais des messages de la campagne.

L’initiative tire sa raison d’être d’un constat : nos mers sont surexploitées. A l’échelle du globe, la consommation de poisson a presque doublé en 50 ans pour atteindre les 19,2 kg par personne (35kg par habitant chaque année en France). Les secteurs de la pêche et de l’aquaculture cherchent à satisfaire cet appétit grandissant. Mais face à une ressource qui n’est pas illimitée et à des impacts qui peuvent s’avérer dévastateurs, il est important d’agir au niveau du consommateur.

Même si des mesures ont été mises en œuvre ces dernières années, l’état de la ressource halieutique reste préoccupant dans certaines zones du globe. Cette situation est parfois aggravée par un système de gestion défaillant ou absent qui favorise les pratiques de pêche illégale et met en danger les écosystèmes et les populations qui en vivent.

800 millions de personnes dépendent en outre de la capture, de la transformation, de la production et de la vente de produits de la mer et souffrent tout autant de la surexploitation des océans.  Seule une pêche et une aquaculture responsables pourront assurer leurs moyens de subsistance mais également  la sécurité alimentaire de 3 milliards d’individus sur la planète pour qui le poisson couvre les besoins quotidiens en protéines.

Premier importateur mondial de poisson et fruits de mer (23% des volumes), l’Union européenne se place également au premier rang des acteurs pouvant initier le mouvement vers de meilleures pratiques et peser sur la demande. La mobilisation de l’ensemble de ses parties prenantes est donc cruciale.

Parallèlement à cette campagne de sensibilisation à destination des consommateurs, Fish Forward s’attachera à encourager les acteurs de la distribution à davantage intégrer et à élargir leurs gammes de  produits de la mer  soutenables. Le WWF poursuit par ailleurs à travers ce programme son travail quotidien d’incitation des institutions européennes à renforcer les dispositifs de soutien à la production légale et soutenable.