05. juillet 2016 — Communiqué de presse

Les pays qui exploitent le charbon nuisent à la santé de leurs voisins

Parce que la pollution atmosphérique liée au charbon et ses impacts sur la santé ne s’arrêtent pas aux frontières des pays qui l’exploitent, il est impératif que l’ensemble des pays de l’Union européenne renoncent à cette énergie polluante. C’est ce que confirme le rapport réalisé par le WWF, l’Alliance pour la santé et environnement (HEAL), le Réseau action climat Europe (CAN Europe) et Sandbag.

Pour la première fois, ce rapport étudie le déplacement des poussières de charbon émanant des centrales européennes (257 centrales sur 280 – Royaume-Uni inclus) et l’impact sur la santé de la pollution atmosphérique qu’elles entrainent. En 2013, leurs émissions étaient responsables de plus de 22 900 décès prématurés et de dizaines de milliers de problèmes de santé allant des maladies cardiaques aux bronchites. Au total, pour la même année, les coûts sanitaires se sont élevés à plus de 62,3 milliards d’euros.
 
Les pays de l’Union européenne dont les centrales à charbon ont le plus de répercussions néfastes à l’étranger sont la Pologne (4 690 décès prématurés au-delà de ses frontières), l’Allemagne (2 490), la Roumanie(1 660), la Bulgarie (1 390) et le Royaume-Uni (1 350).
 
Les pays les plus impactés par la pollution issue des centrales présentes sur leur sol ou des centrales de leurs voisins européens sont l’Allemagne(3 630 décès prématurés), l’Italie (1 610), la France (1 380), la Grèce (1 050) et la Hongrie (700).
                             
 « Ce rapport dénonce les coûts sanitaires élevés qui vont de pair avec notre dépendance au charbon et réfute ainsi le mythe selon lequel le charbon est une source d’énergie bon marché. Aucun pays ne pourra résoudre seul le problème de la pollution atmosphérique liée à la production d’énergie. C’est pourquoi nous espérons que les pays de l’UE garderont ces informations en tête et agiront collectivement pour améliorer la qualité de l’air. »
Anne Stauffer, directeur adjoint de l’Alliance Santé et Environnement (HEAL)
 
« Le rapport démontre que la sortie du charbon doit être un objectif partagé à tous les pays de l’UE. Les ravages causés par le charbon sur le climat et sur la santé de tous les européens montrent bien que les pays de l’UE ont un intérêt à travailler ensemble pour sortir au plus vite de cette énergie polluante. »
Imke Lübbeke, responsable Climat et Energie du bureau des politiques européennes du WWF
 
« Près de 10 milliards d’euros d’argent public viennent encore, chaque année, financer l’industrie du charbon. Comment justifier que le contribuable soutienne cette industrie qui à la fois pollue l’environnement et contribue aux décès de plusieurs milliers d’Européens ? »
Pascal Canfin, directeur général du WWF France
 
« Le rapport révèle que chaque fermeture de centrale à charbon se traduit par des bénéfices considérables à la fois pour la santé et le climat et ce, bien au-delà des frontières nationales. Avec la signature de l’Accord de Paris, les chefs d’Etats de l’UE ont d’autant plus le devoir d'accroître leurs efforts afin de fermer toutes les centrales à charbon et de se tourner rapidement vers 100% d’énergies renouvelables. »
Wendel Trio, Directeur du Réseau action climat