17. octobre 2013 — Communiqué de presse

PAP 50 L’évaluation de la politique papier de 50 grandes entreprises françaises

En 2010, avec l’étude PAP50 Entreprises, le WWF-France et Riposte Verte évaluaient la politique papier de 50 grandes entreprises en France. Les résultats révélaient un faible niveau de performance global, les entreprises ne faisant pas face aux enjeux environnementaux du papier. Trois ans plus tard, nous renouvelons cette étude pour mesurer leurs progrès et vérifier la tenue de leurs engagements.

Ces dernières décennies, l’activité humaine a prouvé qu’elle était trop fréquemment une source de dégradation des écosystèmes et leurs services associés, au point même de menacer la viabilité du milieu dans lequel nous évoluons au quotidien. 

Les forêts, réserves de 80 % de la biodiversité terrestre, continuent de faire face à des défis immenses. Dans le Living Planet Report, le WWF rappelle que la biodiversité a chuté d’environ 30 % entre 1970 et 2008, et même de 60 % dans les milieux tropicaux. La demande en ressources naturelles a doublé depuis 1966 et, aujourd’hui, nous aurions besoin d’une planète et demie pour soutenir nos activités. Ce rythme de consommation est devenu insoutenable et il est du devoir de tous de s’assurer de la pérennisation des ressources naturelles. 

Dans le monde, 1 million de tonnes de papier sont consommées chaque jour et la demande globale continue de croître. Dans certaines régions, la production et la récolte de bois à destination du papier menacent ce qui reste des dernières forêts naturelles et les hommes qui en dépendent. Il est donc primordial pour les entreprises de s’assurer de la responsabilité environnementale du papier qu’elles achètent. 

Dans le même temps, alors que les sociétés occidentales ont une empreinte 5 fois supérieure aux pays les moins développés1, le PAP50 2010 rappelait que la majorité de nos entreprises est peu transparente et ne fournit qu’une information diffuse et partielle sur la réalité de ses impacts environnementaux. 

Malgré une amélioration des résultats de l’étude PAP50 Entreprises 2013, ceux-ci nous incitent à rappeler aux entreprises la nécessité de communiquer de façon transparente sur leur performance environnementale et de prendre des engagements publics d’amélioration de leurs pratiques de gestion du papier, alors qu’elles sont moins d’une sur cinq à le faire aujourd’hui. 

La crise économique actuelle ne doit pas servir de prétexte à un désengagement en faveur de l’écologie, à quelque niveau que ce soit. La production de papier fait partie des nombreuses sources potentielles d’altération de l’environnement et l’entreprise, qui se trouve au coeur des modes de production et de consommation actuels, représente un levier de changement incontournable. 

Avec cette étude et les préconisations individuelles transmises à chaque participant, le WWF France et Riposte Verte souhaitent sensibiliser et alerter l’opinion sur les impacts que peut causer une mauvaise utilisation du papier, tout en appelant les entreprises à réduire durablement leur empreinte environnementale à travers l’achat responsable, la maîtrise de leurs consommations et le recyclage de tous leurs déchets papier.