18. septembre 2017 — Communiqué de presse

Réaction du WWF suite à la présentation du plan climat de l’Inde vers la COP21

Aujourd’hui, l’Inde, 4e plus grand émetteur de gaz à effet de serre, a présenté son plan climat visant à réduire l’intensité des émissions par rapport au PIB de 33 à 35% d’ici 2030 par rapport à 2005 et, dans le même temps, porter à 40% la part de puissance électrique en énergie non fossile d’ici 2030

En réaction à cette annonce, Samantha Smith, directrice de l’Initiative globale Energie et Climat du WWF, souligne « l’objectif ambitieux et l’engagement stimulant pour une transition énergétique qui figurent dans le plan indien. Les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, éléments clés pour un avenir bas-carbone durable, constituent un bon point du plan climat de l’Inde. L’objectif relatif aux énergies renouvelables, notamment, peut non seulement mener à une révolution sur le secteur-même mais aussi permettre à 300 millions de personnes d’avoir accès à l’énergie. Parvenir à des objectifs de cette ampleur devrait aussi permettre d’accélérer la transition énergétique dans d’autres pays. Il est maintenant temps, pour la communauté internationale de soutenir cette ambition à travers des moyens technologiques, financiers et de renforcement de capacité. »

Selon Pierre Cannet, responsable du programme climat au WWF France, « A l’instar de la contribution indienne, beaucoup de pays semblent maintenant prêts à aller vers davantage d’énergies renouvelables. L’AIE précise d’ailleurs, dans un nouveau rapport paru aujourd’hui, que la croissance d’approvisionnement en électricité mondial sera essentiellement portée par les énergies renouvelables d’ici 2020, du fait de la baisse des coûts de ces technologies – pour aller même 25% au-delà des plans actuels si les politiques sont renforcées. 
Pour enclencher la transition énergétique mondiale qui semble se profiler et lutter contre la pauvreté, la COP21 devra permettre de mobiliser des moyens et des mesures efficaces afin d’accélérer le déploiement des renouvelables au niveau mondial. La COP21 pourrait ainsi enclencher un cercle vertueux pour le déploiement des énergies renouvelables : un moyen d’améliorer l’ambition de ses copies pour le climat encore loin de répondre à l’urgence climatique. »

Ravi Singh, Secrétaire général et directeur général du WWF Inde, a déclaré que « l’objectif du pays de porter à 40% la part de puissance électrique en énergie non fossile d’ici 2030 fait écho à la vision du WWF concernant les énergies renouvelables. Il est maintenant crucial de formuler un plan d’action concret de mise en œuvre permettant d’atteindre ces objectifs. En ce qui concerne l’adaptation, la planification et la mise en œuvre d’actions visant à renforcer la résilience et réduire la vulnérabilité ont bien été identifiées comme prioritaires. C’est une annonce positive qui recouvre à la fois les enjeux liés à l’atténuation, la finance, le transfert technologique, le renforcement des capacités, la recherche et le développement et la création du savoir pouvant impliquer un effort au niveau national comme international des décideurs. »