03. août 2015 — Communiqué de presse

Réaction du WWF suite à la présentation par Barack Obama et l’Agence de Protection de l'Environnement du Plan américain pour une énergie propre

A quatre mois de la Conférence Paris Climat 2015 (COP21), le Président américain Barack Obama présente aujourd’hui, avec l’Agence de Protection de l’Environnement (EPA), la version finale du Plan américain pour une énergie propre - America's Clean Power Plan - visant à lutter contre le dérèglement climatique par la réduction du charbon et le déploiement des renouvelables.

Ce plan comprend une série de mesures ayant pour objectifs de réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur électrique, de 32% en 2030 par rapport à 2005 – notamment par la mise en place de normes plus strictes sur les centrales à charbon – et d’augmenter de 30% la production d’électricité issue des renouvelables.

Selon Lou Leonard, vice-président en charge du Changement climatique au WWF US, « Le Clean Power Plan peut potentiellement changer la donne en s’attaquant au secteur de l’électricité, premier émetteur de gaz à effet de serre aux Etats-Unis. Les mesures présentées aujourd’hui aideront à l’accélération de la transition énergétique déjà en marche à travers le pays grâce aux énergies renouvelables. Il permet également d’assoir l’influence des Etats-Unis sur la scène des négociations climatiques vers la Conférence Paris Climat 2015, où les pays auront l’opportunité de fournir un véritable effort collectif nécessaire à la lutte contre le changement climatique. »

Selon Pierre Cannet, responsable du Programme Climat, Energie et Infrastructures durables au WWF France, « Aujourd'hui, les États-Unis démontrent qu'ils peuvent passer à l'action chez eux, avec un plan clair et crédible. Ils donnent ainsi des gages à la communauté internationale sur la poursuite de leur transition énergétique à moyen-terme. Création d’emplois, lutte contre les pollutions locales, amélioration de la santé publique : cet engagement marque aussi les bénéfices potentiels à tirer d'un avenir vers plus d’énergies renouvelables. C'est politiquement et techniquement fort. Mais il reste encore bien du chemin avant de contenir le dérèglement climatique et d’aller vers plus d'équité, notamment sur la base des préconisations de la science et du retard pris dans l'action climatique mondiale. La conférence de Paris devra répondre à ce défi. »

« Notre ambition ne peut s’arrêter là. Les pays doivent encore rattraper le retard entre le niveau d’ambition de leurs contributions en vue de la COP21 et celui que les scientifiques préconisent pour éviter un dérèglement climatique hors de contrôle », selon Lou Leonard, vice-président en charge du Changement climatique au WWF US.