01. mars 2017 — Communiqué de presse

Schweighofer exclu de la certification FSC suite à une plainte du WWF

Le WWF salue la décision du FSC de ne plus certifier la société Holzindustrie Schweighofer (HS). Il demande à présent à l'entreprise de prendre de véritables mesures contre le commerce illégal du bois et de remédier aux faiblesses identifiées dans sa gestion des forêts.

Forêt certifiée FSC

« Depuis plusieurs années, le WWF et d'autres ONG ont mis en évidence les liens existants entre Holzindustrie Schweighofer (HS) et l'exploitation forestière illégale en Roumanie. Les allégations sont si graves que la décision du FSC était la seule envisageable », déclare Johannes Zahnen, en charge du programme Forêt au WWF Allemagne.

« Bien qu’il ait eu l’opportunité de reconnaître les faits et de mettre en œuvre des mesures concrètes pour changer ses pratiques, Holzindustrie Schweighofer n'a pas reconnu sa responsabilité concernant les irrégularités et les pratiques illégales observées dans sa chaîne d'approvisionnement. Il n’a pas souhaité non plus convenir d’un engagement formel avec l’ensemble des parties prenantes. Il s’agissait pourtant des deux pré-conditions du FSC pour donner une chance à Schweighofer de se rattraper ».

L'enquête du FSC sur Holzindustrie Schweighofer - l'une des plus importantes entreprises de l'industrie du bois en Europe - a été déclenchée par la plainte du WWF déposée en novembre 2015. Les conclusions du groupe indépendant nommé par le FSC en 2016 pour enquêter sur les allégations faites contre HS, sont les suivantes : l'entreprise est impliqué dans un commerce illégal de bois et ses pratiques sont contradictoires avec les objectifs du FSC. Au cours de la période de probation imposée à Holzindustrie Schweighofer par le FSC, le WWF a demandé au FSC d’étudier plus avant les questions de légalité et de fausse mesure du bois entrant, soulevées dans la plainte initiale du WWF en 2015.

Tout ceci ainsi que les nouvelles allégations dégagées au cours de l’enquête préliminaire, ont conduit le Conseil du FSC à conclure que les pratiques de la société étaient incompatibles avec une extension de la période de probation.

« Nous espérons que HS prendra la décision du FSC comme une occasion d'apporter des changements fondamentaux à ses pratiques et de se concentrer sur l'approvisionnement légal et durable en bois. Nous recommandons à l'entreprise de développer rapidement un plan d'action clair et transparent qui la placerait sur la voie de la durabilité », ajoute Johannes Zahnen.

Le WWF recommande que HS mette en œuvre des mesures immédiates qui serviront de base pour engager un dialogue transparent et constructif avec les acteurs environnementaux et sociaux sur un plan clair de mesures correctives :

  • Publier une politique claire d'approvisionnement en bois dans laquelle elle s'engage à sécuriser le bois acheté et certifié FSC par une chaine de traçabilité efficace (Chain of Custody, CoC) et à fournir une déclaration explicite sur l'exclusion du bois illégal comme étant de sa responsabilité expresse ;
  • Proposer une consultation transparente et structurée des parties prenantes sur ses résultats et progrès, afin d'élaborer un plan d'action valable pour remédier aux faiblesses de la gestion du bois d'œuvre telle que définie à ce jour (par exemple, faire en sorte d’améliorer son système de diligence raisonnée, comme il est indiqué dans le rapport de la plainte);
  • Se soumettre aux audits requis par le FSC et publier les résultats.

Pour le WWF, la transparence est un élément crucial de la lutte contre l'abattage illégal et l’introduction de bois illégal sur le marché légal. En Roumanie, nous pouvons parvenir à davantage de transparence en renforçant le système national de suivi du bois et les contrôles. La Roumanie a cette année intensifié ses efforts en ce domaine.

Le WWF poursuivra la lutte contre l'exploitation forestière illégale et maintiendra son appel à toujours plus de transparence sur le marché du bois. Le WWF considère le FSC comme le système de certification le plus solide actuellement et encourage le FSC à renforcer sa présence en Roumanie et dans la région pour s'assurer que ses principes et critères soient mis en œuvre efficacement.

« Les cas de gestion forestière irresponsable en Roumanie peuvent être considérés comme des problèmes locaux, mais ils ne le sont pas. Le trafic de bois est une problématique mondiale qui ne pourra être résolue qu’avec une coopération internationale. Le cas de Schweighofer est un très bon exemple de la façon dont la coopération transfrontalière peut résoudre des problèmes importants lorsque des outils de vérification volontaires et crédibles sont appliqués. Il démontre également comment l'expertise d'une ONG de protection de l’environnement peut aller de pair avec l'engagement de la société civile. La décision du FSC est un signal fort rappelant que les forêts ne sont pas une ressource gratuite pour une exploitation irresponsable et un profit immédiat, mais doivent être préservées pour notre avenir », affirme Magor Csibi, directeur du WWF Roumanie.