13. mai 2016 — Communiqué de presse

Session de négociations climat à Bonn : premier rendez-vous pour baliser le terrain du nouvel Accord de Paris

A l'occasion de la session de négociations qui se tiendra à Bonn (Allemagne) du 16 au 26 mai, les pays vont devoir donner corps aux éléments clés de l'Accord de Paris sur le climat pour tenir l'objectif qu'ils se sont fixé à la COP21 en décembre dernier : maintenir le réchauffement climatique en-dessous de 1,5°C.

Panneaux solaires en Espagne

Cette rencontre, la première depuis l'adoption de l'Accord de Paris en décembre dernier et unique temps de négociations avant la COP22, doit être le moment pour les pays de démontrer qu'ils vont tenir leur promesse.
 
« L’Accord de Paris engage les pays à maintenir le réchauffement climatique en-dessous de 1,5°C par rapport à la période pré-industrielle. Cet objectif de température constitue un seuil critique pour les pays vulnérables, les communautés et les écosystèmes. Pour tenir cet engagement, les pays doivent au plus vite revoir à la hausse leurs efforts nationaux pour réduire leurs émissions, notamment en augmentant la part des énergies renouvelables, en sortant des énergies fossiles, en protégeant les forêts et en développant les financements. »
Samantha Smith, directrice de l’initiative mondiale Energie et Climat au WWF
 
« Reconnue pour sa maitrise diplomatique des négociations en tant que présidente, la France doit donc continuer à exceller dans ce domaine jusqu’à la COP22. Elle a la responsabilité de faire vivre pleinement « l’esprit de Paris » et de baliser le terrain pour une bonne entrée en application de l’Accord de Paris. »
Pascal Canfin, directeur général du WWF France
 
Les promesses d’engagements des pays vers la COP21 nous conduisant à un réchauffement mondial d’au moins 3°C, le WWF appelle les pays à relever leurs efforts en matière de lutte contre le changement climatique autour de 7 demandes vers la COP22 :

  • mettre en œuvre des initiatives sectorielles visant à réduire les émissions et donc à rattraper le retard en matière d’adaptation, d’atténuation et de soutiens avant 2020 ;
  • ratifier l’Accord de Paris dès que possible ;
  • créer un mécanisme solide et efficace qui permette de revoir à la hausse leur ambition, en profitant du premier bilan mondial sur le climat prévu pour 2018 et en s'appuyant sur des cycles de revue de 5 ans ;
  • prendre en compte les principes d’équité et de justice climatique, en particulier dans leurs contributions nationales ;
  • donner des gages concernant le financement de la lutte contre le changement climatique pour permettre la transition vers une économie bas carbone et renforcer la résilience aux inévitables impacts du changement climatique ;
  • développer des objectifs et des indicateurs ainsi que des soutiens financiers et techniques pour traduire l’objectif mondial d’adaptation de l’Accord de Paris dans leurs politiques et actions nationales ;
  • établir un régime solide qui permette de créer des systèmes communs de comptabilisation et de transparence.