25. octobre 2016 — Communiqué de presse

[Tribune] Climat : l'esprit de Paris est-il toujours vivant ?

A quelques semaines de la COP22 qui se tiendra à Marrakech du 7 au 18 novembre, une succession d’annonces et d’accords montrent que l'année 2016 a été riche au niveau international sur le climat. Cette nouvelle séquence vient ainsi faire taire les mauvaises langues et les sceptiques qui pensaient que le soufflet du climat retomberait après le temps de mobilisation planétaire et historique de la COP21 en décembre dernier à Paris.

Une ratification accélérée

L'entrée en vigueur accélérée de l’Accord de Paris prévue le 4 novembre prochain, moins d’un an après sa conclusion, est inédite. Plus de 80 pays l’ont aujourd’hui ratifié, couvrant près de 60% des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Parmi eux, les Etats-Unis, la Chine, l’UE et une dizaine de ses Etats membres, mais aussi l’Inde, les Iles Marshall ou encore le Brésil. Par son impulsion et sa détermination, la présidente de la COP21, Ségolène Royal, aura réussi son pari et évité à l'Union européenne de sortir des radars de l'action climatique. Le risque était en effet grand que l'Europe, embourbée dans des divisions internes alimentées notamment par des pays charbonniers comme la Pologne, ne puisse pas ratifier l'accord de Paris avant la COP22 qui aura lieu à Marrakech en novembre prochain. Mais la France a obtenu un accord politique début octobre permettant à l'Europe, leader de l'action climatique dans les années 90/2000 d'être au rendez vous de Marrakech. 

Avancées sur l'aviation et les HFC

S’ajoute à cela la conclusion très récente d’accords climatiques internationaux sectoriels, comme pour l’aviation ou les gaz hydrofluorocarbures (HFC) que l'on utilise notamment pour produire le froid des réfrigérateurs et des climatiseurs. L’Organisation de l’Aviation Civile internationale (OACI) s'est accordé en octobre sur un dispositif de compensation des émissions supplémentaires des avions après l'année 2020. Cela signifie que le secteur de l'aviation plafonnera ses émissions de CO2 au niveau atteint en 2020, tout le reste étant compensé par des économies de CO2 générées par des crédits carbone comme des projets de valorisation de la biomasse ​​ou du méthane.
 
C'est un progrès important pour un secteur qui est exclu de l'Accord de Paris. Il reste maintenant à vérifier que ces dispositifs sont bien mis en place en 2020, tracés et pertinents sur le terrain. Du coté des gaz HFC, alternatives utiles pour la couche d’ozone mais très émetteur de CO2 donc néfastes pour le climat, 200 pays du Protocole de Montréal se sont accordés à enclencher leur sortie dès 2018 dans les pays développés et dès 2024 dans la plupart des pays en développement. 

La promesse de financements en bonne voie

Enfin, l’OCDE a publié en octobre les nouveaux chiffres qui montrent où en sont les pays riches pour atteindre leur promesse de transférer 100 milliards de dollars en 2020 vers les pays en développement pour les aider à lutter contre le dérèglement climatique. Selon l'OCDE,  les financements publics devraient passer de 41 à 67 milliards de dollars entre 2014 et 2020. Complétés par les financements privés ainsi engendrés, ces fonds pourraient atteindre le seuil de 100 milliards de financements climat d’ici 2020. Ces chiffres sont bien sûr encourageants même s'ils révèlent également un sous-financement massif des dépenses nécessaires à l'adaptation aux chocs climatiques, notamment dans les pays les plus pauvres.
 
Alors que sa population devrait doubler d'ici 2050 selon l'ONU, l'Afrique est l'un des continents les plus vulnérables au monde du fait de sa forte exposition et sa faible résilience aux impacts du dérèglement climatique. Dans son 4ème rapport, le GIEC rapportait que 75 à 250 millions de personnes sur le continent seraient exposés au stress hydrique lié au changement climatique.

Une COP africaine sous de bons auspices ?

L'"esprit de Paris" qui a permis le succès de la COP21 est donc toujours vivant. La dernière ombre politique qui surplombe l'action climatique, à savoir le retrait des États Unis de l'accord de Paris suite à l'élection d'un président climato-sceptique, semble s'éloigner. La COP22 pourrait donc s'ouvrir, au lendemain de l'élection américaine, sous de bons auspices : une volonté politique réaffirmée, un accord de Paris ratifié, des financements qui augmentent. Mais la COP22 devra être aussi un moment d'engagements supplémentaires. COP africaine, ce doit être le moment où les pays du continent font entendre leurs voix pour obtenir davantage de financements pour l'adaptation car s'ils sont les moins responsables du dérèglement climatique ils en sont les premières victimes.
 
La bataille du climat est encore loin d'être gagnée et nous saurons dans quelques semaines, après la COP22, si l'année 2016 aura été à la hauteur de ce qui était possible et nécessaire pour poursuivre la dynamique de la COP21.