20. juillet 2016 — Communiqué de presse

[Tribune] Le charbon européen tue et détruit le climat

Près de 10 milliards d’euros d’argent public viennent encore, chaque année, subventionner l’industrie du charbon. Comment justifier que le contribuable soutienne cette industrie qui à la fois pollue l’environnement et contribue aux décès de plusieurs milliers d’Européens ?
 

Le 5 juillet, le WWF, le CAN, l’Alliance pour la santé et l’environnement (HEAL) et Sandbag publiaient le tout premier rapport révélant le véritable coût humain du charbon en cartographiant le déplacement des poussières de charbon émanant des centrales européennes et l’impact de cette dispersion de pollution atmosphérique sur notre santé.

La pollution atmosphérique liée au charbon et ses impacts sur la santé ne s’arrête pas en effet aux frontières des pays qui l’exploitent. Il est désormais impératif et urgent que chaque pays de l’Union européenne prenne ses responsabilités et renonce à cette énergie polluante datant d’un autre siècle.

En 2013, leurs émissions étaient responsables de plus de 22 900 décès prématurés et de dizaines de milliers de problèmes de santé allant des maladies cardiaques aux bronchites. Ce qui représente au total des coûts sanitaires évalués à plus de 62,3 milliards d’euros chaque année, qui ne sont bien sûr pas payés par les entreprises charbonnières mais par tous les contribuables !

Parmi les pays les plus impactés par la pollution issue des centrales à charbon figurent l’Allemagne avec 3 630 décès prématurés, l’Italie avec 1 610 décès prématurés, et la France où 1 380 personnes sont décédées en 2013 en raison des particules liées à l’exploitation de charbon.

Sortir du charbon rapidement est donc une priorité de santé publique. C’est aussi une priorité climatique car le charbon est la source de production d’électricité la plus émettrice de gaz à effet de serre.

C’est pourquoi la réforme actuelle du marché européen du carbone est essentielle car l’introduction d’un prix minimum du carbone autour de 20 à 30 euros la tonne de CO2 aurait comme conséquence de renchérir le coût de production des centrales à charbon et de les rendre moins compétitives rapidement, diminuant ainsi les émissions nocives pour le climat et notre santé.

Le rapport que j’ai remis le 11 juillet à Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, avec Alain Grandjean et Gérard Mestrallet va dans ce sens. Il propose un corridor carbone européen qui garantisse que le prix du carbone ne descendra pas en dessous de 2030 euros la tonne dès 2020 pour arriver à un minimum de 50 euros la tonne en 2030.

Sans attendre cette réforme, la France a décidé d’instaurer un prix minimum du carbone sur l’électricité produite à base de charbon dans notre pays. Un tel dispositif proposé dans notre rapport et repris par Ségolène Royal aura pour effet de diminuer fortement la compétitivité des quelques centrales françaises restantes et d’accélérer la fin définitive du charbon en France et son remplacement par des énergies moins carbonées.

Mais le vrai débat se situe bien sûr dans les pays ayant encore massivement recours au charbon et notamment en Allemagne, pays leader dans le monde sur les renouvelables  mais qui demeure en même temps un pays charbonnier. La réforme du marché européen du carbone est l’occasion pour l’Allemagne de prendre les décisions de sortie progressive du charbon. Un sujet politiquement sensible mais qui ne doit pas oublier qu'il y a déjà aujourd'hui cinq fois plus d'emplois dans les renouvelables en Allemagne que dans l'industrie du charbon.

Que ce soit pour protéger notre santé ou pour protéger notre planète, la transition écologique doit s’accélérer. Et le pouvoir citoyen doit prévaloir sur tous les lobbies qui défendent leurs intérêts particuliers !
Pascal Canfin, Directeur Général du WWF France