Back
17. December 2018 — Press Release

Un plan Juncker vert à la française pour financer la transition écologique

Pascal Canfin, Directeur général du WWF France et Philippe Zaouati, Président de Finance for Tomorrow et Directeur général de Mirova ont remis aujourd’hui le rapport issu de la mission qui leur avait été confiée en juin dernier par le Ministre de l’Economie et des Finances et le Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire et dans le cadre des travaux de la Commission AcTE (Accélérateur pour la Transition Ecologique).

Une usine de méthanisation.

Le nouveau plan Juncker vert pourrait financer des projets clefs pour la transition écologique, comme la méthanisation.

Pour 1 euro de dépense budgétaire le rapport montre qu’il est possible de générer 20 euros d’investissement verts.

Comme le rappelait Nicolas Hulot en démissionnant, la France ne respecte pas les engagements de baisse des émissions de CO2 pris dans le cadre de l’Accord de Paris. Il est donc indispensable d’investir davantage dans les solutions de la transition écologique. Pour y parvenir les auteurs du rapport, réalisé avec l’appui de l’ADEME, préconisent la création de France Transition, un outil permettant de mobiliser 10 milliards d’euros d’investissements privés dans la transition écologique, par exemple l’isolation des logements, l’agro-écologie ou encore la méthanisation, via le développement de mécanismes de partage de risques.

Il s’agit de lancer un Plan Juncker vert à la Française avec un effet de levier massif : pour 1 euro de dépense budgétaire le rapport montre qu’il est possible de générer 20 euros d’investissement verts dans les territoires qui en ont cruellement besoin. 

  • Recommandation 1 : réunir une équipe d’investissement publique dédiée à la transition énergétique et écologique dans une démarche unique : France Transition
     
  • Recommandation 2 : développer au niveau de France Transition une doctrine pour l’usage des instruments financiers publics-privés de partage de risques
     
  • Recommandation 3 : concentrer les interventions de France Transition sur le déploiement de la transition, et la doter d’une première enveloppe de financement de 1 milliards d’euros permettant de générer 10 milliards d’investissements privés sur 3 ans, soit entre 10% et 30% des besoins d’investissement SNBC-PPE
     
  • Recommandation 4 : Optimiser les interventions de France Transition en cohérence et coordination avec l’Union Européenne et le futur dispositif Invest EU
     
  • Recommandation 5 : créer les conditions d'une meilleure collaboration des secteurs privé et public pour le financement de la TE