03. octobre 2016 — Communiqué de presse

Une première décision en faveur de l’éléphant d'Afrique à la CITES

Les pays Parties à la CITES, réunis à Johannesbourg pour la 17e Conférence des Parties depuis le 24 septembre, viennent tout de rejeter les propositions de la Namibie et du Zimbabwe consistant à rouvrir le commerce international de l’ivoire. Ce vote devrait donner le coup d’envoi d’une série de décisions sur l’éléphant d’Afrique qui est à l’agenda des discussions ce jour.

La proposition de la Namibie a été rejetée à 73 contre 27. Celle du Zimbabwe à 80 voix contre 21.
 
« La CITES vient d’acter le maintien de l’interdiction déjà en vigueur du commerce international de l’ivoire. C’était la bonne décision à prendre pour l’éléphant. Le déclin rapide des éléphants d’Afrique à travers la majeure partie du continent s’explique par le braconnage et le trafic d’ivoire. Rouvrir un quelconque commerce de l’ivoire viendrait compromettre les efforts mis en œuvre pour protéger les éléphants. Cela donnerait aussi aux organisations criminelles l’opportunité de blanchir l’ivoire issu du braconnage, empêchant la bonne application des lois, et ruinerait le travail entrepris pour réduire la demande des consommateurs qui est à l’origine de ce braconnage de masse.
Les pays présents à la 17e Conférence des Parties de la CITES viennent à juste titre d’annoncer leur volonté de fermer les marchés domestiques de l’ivoire et de renforcer les plans nationaux pour combattre le trafic d’ivoire. Ils ont ainsi réaffirmé qu’il s’agissait là du meilleur moyen de sauver les éléphants.
Il est impératif que les pays traduisent maintenant leurs décisions en actes forts. Dans le cas contraire, l’avenir de l‘un des animaux les plus emblématiques sera très sérieusement compromis. »
Ginette Hemley, Cheffe de la délégation du WWF pour la CdP17 de la CITES