Champ de soja certifié RTRS au Mato Grosso (Brésil)

Développer la production de soja certifiée dans l’État du Mato-Grosso

Le WWF a déployé, en partenariat avec le Groupe Bel, un projet de terrain visant à orienter les producteurs de soja de la région du Mato Grosso (Brésil) vers une production responsable et à accéder à la certification RTRS (Table ronde pour le soja responsable), la transition vers des modes de production plus respectueux de l’environnement étant indispensable à la préservation des écosystèmes et des espèces de la région.

Le Mato Grosso, une zone où la production de soja se fait au détriment des écosystèmes et des populations

Soja : moteur du développement de la région

En un peu plus d'une décennie, le PIB du Mato Grosso est passé de 12,3 milliards de dollars (1999) à 80,8 milliards de dollars (2012), soit une augmentation de 554 %. Cette croissance s’explique notamment par l’augmentation de la production du soja.

Le Mato Grosso représente un tiers de la production brésilienne de soja, en termes de surfaces et de volumes. Situé à l’interface de plusieurs biomes, dont l’Amazonie, le Chiquitano et le Cerrado, cet État riche en biodiversité est frappé par la déforestation, causée en partie par l’industrie du soja, dont le poids dans l’alimentation mondiale est décisif.

Troisième plus grand État brésilien et superchampion de la production de soja, de maïs, de coton et de bœuf, le Mato Grosso joue un rôle important dans l'alimentation mondiale et notamment celle de l’Union européenne qui importe massivement du soja brésilien. La croissance de ces productions se fait aux dépens des écosystèmes naturels et notamment des forêts, des savanes et des prairies. 

L'agriculture intensive, et en particulier celle liée à l'agro-industrie du soja, nuit fortement à la région via la déforestation qu’elle engendre, mais également via les pratiques agricoles mises en œuvre (pollution due à l’utilisation de pesticides, érosion des sols, etc.). Cette destruction des écosystèmes est particulièrement dévastatrice puisqu’elle met en danger les espèces évoluant sur ce territoire, empêche la forêt de jouer son rôle de stockage de carbone et participe inlassablement au changement climatique mondial.
Par ailleurs, de nombreux conflits fonciers et sociaux sont recensés entre les communautés locales vivant à proximité des zones de production de soja et les producteurs, notamment pour des raisons d’accaparement des terres ou de pollution.

Engins de récolte du soja (Brésil)

Promouvoir le soja responsable

Un nombre de certifications encourageant !

39% des agriculteurs brésiliens certifiés RTRS sont situés dans l'État de Mato Grosso. Cette proportion mériterait pourtant d’être plus élevée compte tenu du nombre important de fermes présentes dans la région.

Un défi de taille se présente à l'État du Mato Grosso, tout comme pour la majorité des autres régions d’Amérique du Sud : utiliser les terres agricoles disponibles pour répondre aux besoins de développement du Brésil et nourrir la population mondiale croissante tout en protégeant la biodiversité, les terres riches en carbone, les droits des communautés et des travailleurs.

Le WWF et ses partenaires estiment que la production de soja responsable est une des réponses à apporter afin de préserver les écosystèmes naturels d’Amérique du Sud. C’est pourquoi, nous soutenons la Table ronde pour le soja responsable (RTRS) qui permet de fournir une certification aux producteurs qui contribuent à la préservation de l’environnement et qui interdit toute conversion d’écosystème (forêts, savanes, prairies) pour la production du soja. Il est indispensable que l’État du Mato Grosso, qui abrite Sorriso, la plus grande ville productrice de soja dans le monde, s’oriente vers une production responsable. Le WWF a donc décidé de mener un projet dans cette région ; l’idée est d’en faire une vitrine des bonnes pratiques agricoles au cœur de l'agro-industrie brésilienne du soja.

Au-delà de la production responsable de soja, le projet vise également à offrir un accompagnement aux petits producteurs de cultures vivrières (élevage laitier, production biologique de fruits et légumes) et à donner un rôle privilégié aux femmes dans le développement durable des communautés.

 

Un exploitant de soja du Mato Grosso reçoit la certification RTRS (Brésil)

Un projet au cœur d’une démarche qui réunit l’ensemble des parties prenantes

Parmi les résultats attendus avec la mise en œuvre de ce projet, le WWF ambitionne de permettre l’accès à la certification à plus de 60 producteurs et de certifier 150 000 ha de soja.

Le projet de certification des fermes a été lancé en 2013 et réunit différents acteurs de la chaîne d’approvisionnement : les producteurs de soja de la municipalité de Sorriso au Mato Grosso, le groupe laitier français Bel, les WWF France et Brésil et une association locale. Son objectif est de participer à la constitution d’une filière soja responsable.

Pour aider les producteurs à procéder à la transition, le WWF a fait appel à une association locale. Celle-ci organise des ateliers visant à former les agriculteurs à de nouvelles pratiques afin qu'ils puissent répondre aux exigences de la certification RTRS (bonnes conditions de travail, relations responsables envers la communauté, responsabilité environnementale, bonnes pratiques agricoles…).
De plus, dans le cadre des activités du WWF visant à augmenter la demande en produits agricoles responsables de la part des entreprises, le Groupe Bel a souhaité s’inscrire dans le développement d’une filière soja responsable, lui permettant également de réduire l’empreinte écologique des produits qu’il commercialise. Le Groupe Bel importe du soja, sous forme de tourteaux, pour l’alimentation de ses vaches laitières et s’est engagé à acheter des certificats RTRS auprès des producteurs soutenus dans le cadre de ce projet.

Ainsi, en 2016, 17 producteurs étaient certifiés, ce qui représente une superficie de 36 000 ha ayant permis de produire 117 000 tonnes de soja certifié RTRS. Le tout en contribuant à la préservation de 20 000 ha de forêts. Ces résultats contribuent donc directement à la constitution d’une filière soja responsable et participent à encourager les autres producteurs de la région à suivre cet exemple et à s’engager vers plus de durabilité.

Ensemble, agissons

Pour mieux répondre à l'urgence écologique, le WWF France milite pour la transition vers des systèmes alimentaires durables.
Votre don est notre force.