Crépuscule sur le cerrado, une vaste savane dans les hautes terres centrales du Brésil.
Back
02. February 2018

61 entreprises s’engagent pour la protection du Cerrado

Lors du forum économique mondial de Davos, une soixantaine de multinationales a annoncé vouloir mettre un terme à la destruction de la savane brésilienne du Cerrado, un biome unique qui abrite un tiers de la biodiversité du Brésil !

Un joyau en péril

Entre 2013 et 2015, 18 962 km2 de Cerrado ont été détruits au Brésil.

Moins célèbre que l’extraordinaire forêt amazonienne qu’il jouxte, le Cerrado brésilien est une immense région de savane arborée, aussi cruciale pour la biodiversité que pour le climat. Il abrite les sources d’eau qui alimentent 8 des 12 bassins hydrographiques du Brésil et héberge un tiers de la biodiversité du pays, dont 44% d’espèces végétales endémiques.

Mais le Cerrado est directement menacé par l’expansion incontrôlée de l’agro-industrie dans les habitats naturels. Cela signifie qu’au cours de cette période, tous les deux mois, une surface équivalente à la superficie de São Paulo ou de Londres a été perdue. La vitesse de cette destruction fait de cette zone l’un des écosystèmes les plus menacés de la planète.

Si la destruction du Cerrado se poursuit au même rythme, 480 plantes et espèces animales auront disparu d’ici 2050 ! Et d’autres répercussions sont à prévoir. En premier lieu, les émissions de gaz à effet de serre résultant de ce processus empêcheront le Brésil de respecter ses engagements internationaux. De même, la réduction de la taille du biome pourrait entraîner une modification des régimes de précipitations dans la région et avoir ainsi un impact sur la productivité agricole.

La conversion du Cerrado menace également les droits des communautés locales qui ne possèdent pas de titres de propriété et sont donc menacées par l’accaparement des terres et la spéculation foncière…

Si la destruction du Cerrado se poursuit au même rythme, 480 plantes et espèces animales auront disparu d’ici 2050 !

Préserver la savane brésilienne

Le WWF travaille à la conservation de cet environnement unique, considéré comme l'un des points chauds de la biodiversité dans le monde, mais dont moins de 3% du territoire a été placé sous protection juridique.

Nous avons contribué à la création de l'un des parcs nationaux les plus célèbres du centre du Brésil, le parc national de la Chapada dos Veadeiros, aujourd'hui classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

D'autres travaux de conservation sont menés dans la région parmi lesquels un projet d'écotourisme communautaire qui a permis à des mineurs d'être formés pour devenir guides touristiques, des projets de protection des espaces d’eau douce ou des actions de sensibilisation aux enjeux environnementaux.

Le programme Cerrado-Pantanal, que nous portons, vise à promouvoir la conservation de la biodiversité par la création et la mise en place de zones protégées, la préservation des espèces et la promotion du développement durable et des activités économiques à faible impact environnemental.

Le WWF est également actif dans le cadre de la Table Ronde internationale pour le Soja Responsable (RTRS) qui favorise la production et l’utilisation soutenables du soja, en particulier dans le Cerrado. Dans ce cadre, le WWF soutient la certification de producteurs de soja dans l’Etat du Mato Grosso.

Mettre un terme à la destruction du Cerrado

Élever le bétail de façon plus efficace libèrerait des milliers de kilomètres carrés supplémentaires pour répondre à la demande future sans couper un seul arbre !

Du 23 au 26 janvier dernier, plus de 3 000 participants se sont rassemblés dans le canton suisse de Davos où se tenaient les 400 conférences du World Economic Forum. Et c’est dans ce lieu hautement symbolique, sous l’égide de la Tropical Forest Alliance, que 61 entreprises, dont 8 françaises (Auchan, Avril, Bel, Carrefour, Casino, Cooperl, Danone et L'Oréal), se sont engagées à préserver le Cerrado de la pression exercée par les cultures de soja et l'élevage du bœuf.

Il y avait déjà eu des prémisses puisque le 25 octobre dernier, 23 des plus grandes entreprises alimentaires mondiales s’étaient déjà engagées publiquement à mettre fin à la déforestation dans la région . Il y a quelques jours, c’est donc une quarantaine d’enseignes supplémentaire qui a choisi de se rallier au mouvement, une avancée cruciale pour la protection de cet écosystème indispensable, pour la plupart non-forestier et donc non couvert par la majorité des engagements "zéro déforestation" des entreprises.

Nous saluons l’engagement des acteurs économiques qui ont approuvé le Manifeste pour le Cerrado car ils envoient un message clair au marché : « nous pouvons répondre à la demande future grâce aux surfaces cultivées et aux pâturages dont nous disposons déjà ». En effet, les études démontrent que la déforestation n’est pas seulement nuisible, elle est aussi inutile. Il y a près de 400 000 km² de terres brésiliennes qui ont déjà été défrichés et qui peuvent être utilisés pour produire du soja. Élever le bétail de façon plus efficace libèrerait des milliers de kilomètres carrés supplémentaires pour répondre à la demande future sans couper un seul arbre !

Forêt dans la région de Pirenópolis Goiás (Brésil)

Ensemble, agissons

Le WWF agit partout dans le monde afin de promouvoir le développement d’activités humaines qui respecte la planète et sa biodiversité.
Votre don est notre force.