Cargos de transport de marchandises et des éoliennes près des côtes de la baie de Morecambe, Royaume-Uni

Transformer les marchés, un levier pour atteindre nos objectifs de conservation

Les acteurs économiques, qui se trouvent au cœur des modes de production et de consommation actuels, représentent un levier de changement incontournable. C’est pourquoi le WWF s’efforce de les mobiliser sur des enjeux clés, d’initier et de soutenir le développement d’outils de marché tels que les certifications, et de construire des partenariats sur des priorités de conservation.

Transformer les marchés et les modes de consommation

Le WWF a identifié 15 matières premières dont les modes d’exploitation menacent directement ses 35 écorégions prioritaires. La stratégie de transformation des marchés du WWF a pour objectif d’influer sur l’exploitation des matières premières naturelles, en agissant au niveau des chaînes d’approvisionnement.

Au niveau mondial, 300 à 500 entreprises contrôlent environ 70% des marchés mondiaux des matières premières considérées comme critiques par le WWF. Ainsi, en convainquant un nombre suffisant de ces acteurs économiques majeurs d’adopter des standards de production durables, il est possible de pousser le marché jusqu’à un point de bascule où la production durable devient la norme.

En France, le WWF a identifié 25 entreprises françaises prioritaires pour une transformation rapide des marchés, car elles contrôlent directement ou indirectement des volumes importants de ces matières premières. Toutes ces entreprises ont un rôle prépondérant à jouer dans la transformation des marchés, quel que soit leur positionnement au sein de la chaîne d’approvisionnement.

La stratégie du WWF : influer sur l’exploitation des matières premières naturelles, en agissant au niveau des chaînes d’approvisionnement

Agir pour un numérique plus responsable

2% à 6% des émissions de GES mondiales sont liées à l’utilisation du numérique. C'est autant que l’aviation civile.

Le développement du digital est une vraie opportunité de développement de solutions permettant de réduire l’empreinte écologique de l’Homme. En revanche, le numérique et son utilisation soulèvent aussi de réelles questions en termes de consommation d’énergie, d’émissions de gaz à effet de serre, d’épuisement des ressources non renouvelables, de gestion de la fin de vie des équipement etc.

Le WWF France, déjà mobilisé sur les enjeux du climat, de l’énergie et des infrastructures durables agit pour un développement responsable du digital qui représente un facteur de transformation de nos économies et un moyen de mise en œuvre de la transition écologique. Deux principaux leviers sont identifiés :

  • Le Green IT, ou comment réduire l'impact environnemental des technologies numériques et de leurs usages
  • L’IT for Green, ou comment mettre au service de l'environnement les technologies innovantes pour analyser, prévenir et apporter des solutions

Dans cette démarche, le WWF France a déjà mené plusieurs chantiers :

  • La réalisation d’un guide pour un système d'information écoresponsable en 2011 en partenariat avec le WWF, le C3D et e-RSE.net, dont les résultats ont été présentés le 23 mars 2017 à Paris en présence d’une cinquantaine d’entreprises. Pôle Emploi, SoLocal Group, RTE et la SNCF ont également pu partager leurs expériences sur ce sujet.
  • Le soutien du benchmark Numérique Responsable réalisé par le Club Green IT

    Si tous les Français conservaient leurs ordinateurs 5 ans au lieu de 2, cela représenterait annuellement une économie équivalente à la quantité de CO2 nécessaire pour effectuer 12 000 fois le tour de la Terre en voiture.

    Science-Based Targets : accompagner les entreprises sur une trajectoire de moins de 2°C

    Entreprises et émissions de gaz à effet de serre

    Les 1 000 entreprises les plus émettrices sont responsables de 20% des émissions de GES mondiales.

    Le WWF mobilise les acteurs économiques pour construire une société décarbonée, équitable et résiliente aux changements climatiques. Pour cela, le WWF se concentre sur les leviers, les acteurs et les solutions pour mettre en œuvre cette transition.
    En décembre 2015, la 21ème conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) s’est conclue sur un accord climatique universel historique. En parallèle, toute une diversité d’acteurs non-étatiques ont créé une dynamique sans précédent marquant un tournant dans la lutte mondiale contre le dérèglement climatique qu'il faut maintenant consolider.

    Dans cette mobilisation, le WWF avait lancé en 2015 l’initiative Science-based Targets aux côtés du Global Compact, du World Resources Institute (WRI) et du Carbon Disclosure Project (CDP), qui vise à encourager les entreprises à définir des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre en cohérence avec les préconisations scientifiques et leur secteur d’activité. Il s’agit de promouvoir des stratégies alignées sur le niveau de décarbonisation requis pour maintenir l’augmentation des températures mondiales en deçà de 2°C, voire en deçà de 1,5°C, par rapport aux températures préindustrielles, conformément aux recommandations du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

     

    Si les entreprises de l’initiative SBT étaient un pays, ses émissions le classeraient parmi les 10 nations les plus émettrices de gaz à effet de serre.

    Quels sont les objectifs de l’initiative ?

    "Les réductions d’émissions alignées avec une approche « science-based » deviendront la norme et les entreprises contribueront à combler l’écart laissé par les engagements des États."

    1.  D’ici 2018, au moins 300 entreprises à fort impact se seront engagées à mettre en place une cible SBT et plus de 100 de ces entreprises auront une cible SBT approuvée
    2.  D’ici 2020, au moins 300 entreprises à fort impact auront une cible SBT en place
    3.  Faire de l’approche SBT un standard en matière de pratiques RSE
    4.  Démontrer aux décideurs politiques le niveau de réduction des émissions qui est atteignable pour influencer positivement les politiques climatiques internationales et nationales

    Nos projets actifs

    Afin de transformer les marchés, les modes de production et de consommation, le WWF s’efforce de mobiliser les acteurs économiques sur des enjeux environnementaux clés et de construire des partenariats sur des priorités de conservation à travers de nombreux projets de terrain.

    Conserver les stocks de carbone dans le Parc national du Bukit Tigapuluh à Sumatra

    Le WWF mène un projet ambitieux en collaboration avec les équipes du Parc national du Bukit Tigapuluh afin de préserver ce territoire en Indonésie. Les objectifs de conservation sont doubles : conserver les stocks de carbone forestier et protéger les espèces endémiques via la mobilisation des populations locales sur ces enjeux.

    En savoir plus

    Développer une filière de caoutchouc naturel durable en Indonésie

    Le caoutchouc naturel exploité au sein de plantations mal gérées a clairement été identifié comme une cause de déforestation, principalement en Asie et en Afrique. Pour faire face à cette menace grandissante, le WWF a développé une stratégie de transformation de la filière de caoutchouc naturel qu’il développe en partenariat avec le Groupe Michelin.

    En savoir plus

    Huile de palme : permettre aux petits exploitants d’accéder au marché durable

    Présente dans de très nombreux produits alimentaires et cosmétiques, l’huile de palme contribue à la déforestation des régions tropicales et notamment en Indonésie et en Malaisie. Si les gros industriels commencent à prendre conscience de la nécessité de mettre en place des plantations durables, la mise en oeuvre de pratiques responsables est plus complexe pour les centaines de petits producteurs. 

    En savoir plus

    Développer la production de soja certifiée dans l’État du Mato-Grosso

    Le WWF a déployé un projet de terrain visant à orienter les producteurs de soja de la région du Mato Grosso vers une production responsable et à accéder à la certification RTRS, la transition vers des modes de production plus respectueux de l’environnement étant indispensable à la préservation des écosystèmes et des espèces de la région.

    En savoir plus

    PAP50 : évaluer la politique papier des entreprises

    Le Baromètre PAP50 vise à évaluer la politique papier des grandes entreprises, collectivités ou institutions implantées en France, afin de les inciter à améliorer leurs performances environnementales. Il analyse leurs consommations de papier, la responsabilité des papiers utilisés et les actions mises en place pour maximiser la collecte des papiers usagés.

    En savoir plus