Coucher de soleil sur la réserve de Selous en Tanzanie

Protéger la réserve de Selous

C’est l’un des espaces protégés les plus grands d’Afrique. Pourtant la réserve de Selous était menacée par l’exploitation minière et le braconnage. Ensemble, nous avons élevé nos voix.

Le problème

La réserve de Selous n’est pas seulement une réserve mais c’est aussi l’habitat des éléphants d’Afrique, des rhinocéros noirs, des guépards, des girafes et tant d’autres espèces magnifiques. Elle fait partie d’un des plus grands espaces protégés d’Afrique.
Pourtant, depuis qu’elle est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, la réserve a perdu près de 90% de ses éléphants et quasiment la totalité de ses rhinocéros noirs, victimes du braconnage. 

En 2014, la réserve a été inscrite sur la liste des espaces “en danger” de l’UNESCO. Face aux menaces du braconnage et d’autres activités nuisibles dont la réserve de Selous est victime, il fallait réagir. Ensemble, nous nous sommes mobilisé·es.

Notre action

Des quatre coins du monde, nous avons été un demi-million à envoyer un email au Président de la Tanzanie afin de lui demander de renforcer la protection de la réserve. 
Sur le terrain, le WWF a participé au projet du gouvernement tanzanien consistant à équiper les éléphants de colliers GPS, dans le but de les protéger du braconnage. 

Sans votre soutien, ce travail vital n’aurait pas été possible. 

Coucher de soleil sur la réserve de Selous en Tanzanie
Arbres de la Réserve de gibier de Selous (Tanzanie)
Vue aérienne de la réserve de gibier de Selous (Tanzanie)

Notre victoire

Ensemble, nous avons fait bouger les lignes. L’autorité tanzanienne de la vie sauvage (TAWA) a récemment annoncé que les mines seront désormais proscrites au sein de la réserve et qu’elle allouera les moyens nécessaires à sa protection. 
Grâce aux efforts combinés de nombreuses organisations et aux mesures de répression du gouvernement ces dernières années, le taux de braconnage a baissé. Nous travaillons actuellement pour tendre vers un objectif  “zéro braconnage”. 

C’est un énorme pas en avant pour la protection de la réserve de Selous et les incroyables espèces qui y vivent. 

Et après ?

Ensemble, en élevant nos voix, nous avons réussi à préserver Selous. Mais la route est encore longue. 

Toute nouvelle activité industrielle doit être précédée d’une évaluation rigoureuse des risques qu’elle présente pour la vie sauvage et les hommes. 
Par exemple, s’il souhaite implanter un barrage au beau milieu d’un site classé au patrimoine mondial, le gouvernement doit tout d’abord évaluer correctement les risques et les impacts, les partager publiquement et disposer de l’approbation du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Avec votre aide, nous pouvons continuer à œuvrer pour construire un monde où l’homme vit en harmonie avec la nature.

Des bénévoles du WWF France participe au Die In organisé pour la sortie des résultats du rapport IPBES 3019, Paris, France.

Ensemble, agissons

Mobilisez-vous à nos côtés en apportant votre soutien aux campagnes que nous menons !