Back
30. November 2018 — Press Release

COP14 Biodiversité : un premier pas vers un New Deal pour la Nature en 2020 mais une ambition encore trop faible

La 14e Conférence des Parties (COP14) de la Convention des Nations unies sur la Diversité Biologique (CBD) s’est terminée hier avec un premier accord sur le processus de préparation du futur accord mondial pour la nature.

L'objectif : un nouvel accord pour mettre fin à la destruction de la nature, en respect avec les droits de tous les pays.

S’il s’agit d’un pas essentiel pour accélérer les efforts afin de mettre un terme à la dangereuse érosion de la biodiversité, l’ambition affichée par les Etats est encore insuffisante pour y parvenir. 

Sur cette première base d’accord, les gouvernements vont devoir faire preuve d’ambition et de leadership pour préserver les systèmes naturels sur lesquels reposent notre prospérité et notre bien-être. Le WWF appelle les pays membres de la CBD à développer une vision commune et une ambition politique au plus haut niveau, afin de parvenir à un New Deal pour la Nature et l’Humanité et ainsi réussir en 2020 pour la Nature ce que nous avons réussi à faire à Paris en 2015 pour le climat. 

Ce New Deal devra mettre un terme à la destruction insoutenable de la nature, tout en étant équitable et respectueux des droits de tous les pays, en particulier les économies en développement, les communautés autochtones et ceux qui défendent la protection de la biodiversité.

Des pêcheurs sortent leurs filets de l'eau au crépuscule, plage de Ramena à Antsiranana, Nord de Madagascar

Le monde a besoin de prendre véritablement conscience des risques que représente la perte de biodiversité.

Marco Lambertini, Directeur général du WWF International

Le WWF se félicite de la volonté de certains pays d’établir leurs contributions nationales avant 2020. Pour envoyer un signal fort et réussir à inverser la courbe de la destruction du vivant, ces contributions devront être rendues au plus tôt et être suffisamment ambitieuses, c’est à dire dotées de mécanismes de mise en oeuvre précis et robustes.  

A ce titre, le WWF France salue l’annonce d’une « Facilité Biodiversité », portée par la France, destinée à accompagner les pays en développement dans l’élaboration de leurs contributions nationales.
 
Cependant, malgré ces pas en avant, l’ambition affichée par les Etats n’est pas encore assez élevée pour parvenir à faire de la nature un sujet véritablement politique, et obtenir les changements transformationnels nécessaires pour mettre fin à  l’érosion de la nature. Alors que la biodiversité continue de disparaître à un rythme alarmant, le WWF déplore le manque d’action des pays membres de la de la Convention sur la Diversité Biologique, qui, pour la plupart, n’atteindront pas d’ici 2020 les objectifs d’Aichi qu’ils s’étaient fixés collectivement en 2010.