26. mars 2018 — Communiqué de presse

Earth Hour 2018 : une mobilisation record pour célébrer la Nature !

Samedi 24 mars, 188 pays et territoires du monde entier ont participé à Earth Hour (« 60 minutes pour la planète »), grand événement symbolique de sensibilisation et de mobilisation organisé par le WWF depuis 2007. Une mobilisation sans précédent pour cette édition 2018 qui s’était donné pour objectif de mettre en lumière la perte de la biodiversité alors que tous les signaux nous rappellent que nous devons prendre soin de notre planète.

Vue sur la Tour Eiffel avec le hashtag connect2earth, Paris (France)

Samedi 24 mars, en remontant les fuseaux horaires pendant 24h, depuis Singapour à Honolulu, les lumières de près de 18 000 bâtiments iconiques ont été éteintes à 20h30. L’Opéra de Sydney, Big Ben et le palais de Westminster à Londres, la tour Tokyo Skytree à Tokyo, l’Empire State Building à New York, les Pyramides d’Egypte au Caire, la Grande Mosquée d’Abu Dhabi ou encore la statue du Christ Rédempteur à Rio ont été plongés dans le noir.

À Paris, c’est la Dame de fer qui a été éteinte tandis que depuis le Palais de l’Elysée, le Président de la République, Emmanuel Macron, adressait en anglais un message au monde entier. « The time for denial is long past, we are losing not only our battle against climate change but also our battle against the collapse of biodiversity ». Emmanuel Macron, Président de la République

Dans la Métropole de Rouen Normandie, des dizaines de bâtiments emblématiques ont été éteints, notamment les Ponts Flaubert et Jeanne d’Arc ou encore l’Hôtel de ville de Rouen. À Nouméa et Cayenne, les villages Earth Hour accueillaient les citoyens et les entreprises pour trouver ensemble des solutions, le tout dans une ambiance festive.

Sur les réseaux sociaux, plus de 250 célébrités et influenceurs mondiaux ont pris la parole pour l’occasion. Les hashtags #EarthHour et #connect2earth ont été utilisés plus de 3,5 milliards de fois et figuraient parmi les plus cités (trending topics) dans plus de 30 pays : un signe que la biodiversité était au cœur des conversations partout dans le monde.

« La science est formelle : la perte de la biodiversité est une crise mondiale. Nous avons perdu près de 60% de la faune en seulement 40 ans. Notre planète est à un moment décisif et nous ne pouvons pas espérer un futur prospère sur une planète dégradée. Nous devons mobiliser et engager les gouvernements et les entreprises vers une action plus forte en faveur de la biodiversité et la nature - il est nécessaire d’agir maintenant ». Marco Lambertini, directeur général du WWF International

« Après trois années de mobilisation mondiale contre le dérèglement climatique, Earth Hour 2018 marquera le coup d’envoi par le WWF d’un engagement sans précédent pour la nature dans la perspective de la Conférence de l’ONU sur la biodiversité et du congrès de l’UICN qui se tiendront tous les deux en 2020 (respectivement en Chine et en France). L’enjeu : réussir à faire pour la nature ce que nous avons réussi à Paris en 2015 pour le climat. Nous n’avons qu’une seule planète et détruire la nature comme nous le faisons, c’est scier la branche sur laquelle nous sommes assis ». Pascal Canfin, directeur général du WWF France

L’année prochaine, Earth Hour aura lieu le 30 mars 2019 à 20h30 heure locale.