22. novembre 2017 — Communiqué de presse

ICCAT 2017 : Le WWF déplore une augmentation inacceptable des quotas de pêche du thon rouge de l’Atlantique

Alors que la conférence internationale de l'ICCAT (Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique) vient de se clôturer au Maroc, le WWF est profondément déçu par la décision d’augmenter drastiquement les quotas de prises de thon rouge de l’Atlantique alors que la reconstitution du stock n’est pas encore confirmée.

Thon rouge de l'Atlantique (Thunnus thynnus)

Le WWF déplore également le peu de progrès en ce qui concerne le sort du requin-taupe, du requin bleu et du thon tropical. Ces décisions irresponsables démontrent l'absence de prise en compte des leçons du passé et auront des conséquences sur la filière.

Comme le craignait le WWF, l’ICCAT a adopté une augmentation des quotas de prises de thon rouge de l’Atlantique à 36 000 tonnes d’ici 2020, soit le plus haut quota de prises jamais autorisé pour cette espèce. Cette décision intervient alors même que les scientifiques nous alertent : le stock de thon rouge de l’Atlantique n’a pas encore été reconstitué et il faut s’attendre à une diminution du stock avec une telle quantité de prises.

Alessandro Buzzi, Responsable des projets pêche au WWF Méditerranée

« Le WWF est très mécontent que l’ICCAT ait opté pour un profit économique à court terme. Nous espérions une victoire pour la préservation à long terme de l’espèce. »

Le WWF craint que la faiblesse et le manque de clarté des conseils émis par ce comité scientifique n’aient conduit l’ICCAT à augmenter drastiquement les quotas cette année.

Le WWF demande au comité scientifique de l’ICCAT de revoir sa méthodologie afin de donner à l’avenir des avis scientifiques robustes et clairs.

« Nous nous sommes battus ces dix dernières années pour sauver le thon rouge de l’Atlantique et nous approchons de la complète restauration des populations de cette espèce. C’est un scandale de voir l’ICCAT prendre cette décision qui risque de saborder tous les efforts fournis ces dernières années ».
Théa Jacob, Chargée de programme pêche durable et mammifères marins

En revanche, le WWF salue l’adoption de règles de contrôle des prises pour le thon albacore de l’Atlantique Nord. C’est la première fois que l’ICCAT adopte cette approche innovante et c’est un très bon présage pour la gestion de long terme des autres espèces par l’ICCAT.

En ce qui concerne les thons tropicaux, le WWF est très inquiet qu’aucune décision n’ait été prise pour stopper la surpêche de ces espèces. Cette situation sape les plans mis en place pour le thon obèse et le thon jaune car ils ne sont pas respectés par les pays. Le WWF recommande avec insistance l’adoption de bonnes pratiques globales pour réduire la mortalité des juvéniles et les prises accessoires dans le cadre de la pêche sur DCP (dispositifs de concentration de poisson). De plus, le WWF demande plus d’observateurs sur les palangriers et un contrôle fort des transbordements en mer afin de combattre la pêche illégale.

Le WWF s’inquiète que l’ICCAT n’ait pas établi de limites de prises pour les requins-taupes alors même que la population risque de s’effondrer. Néanmoins, le WWF reconnaît que le plan adopté pour le requin-taupe de l’Atlantique Nord pourrait être un premier pas positif, mais uniquement si les pays implémentent les mesures de ce plan en 2018 et débutent le processus de reconstitution du stock en 2019, comme acté par le plan. Le WWF regrette qu’aucune mesure n’ait été prise pour le requin-taupe de l’Atlantique Sud, qui demeure totalement non réglementé. Il existe des mesures faibles pour les stocks de requins bleus qui n’ont également vu aucune amélioration.

Banc de thons jaunes (Thunnus albacares), Océan Pacifique (Mexique)
Le secteur du thon réclame une meilleure réglementation de la pêche
En savoir plus