20. septembre 2018 — Communiqué de presse

Le WWF France salue la décision du gouvernement de réintroduire deux ourses dans les Pyrénées-Atlantiques

Le WWF France salue la décision du ministre de la Transition Écologique et Solidaire François de Rugy de réintroduire deux ourses dans les Pyrénées-Atlantiques cet automne, confirmant ainsi l’engagement pris par Nicolas Hulot en mars dernier.

Une grande majorité de la population française est pour la réintroduction de deux ourses dans le Béarn.

Cette décision est un signal fort de la volonté du gouvernement d’enrayer la disparition du vivant sur le territoire français : l’ours brun des Pyrénées, une espèce emblématique qui fait partie du patrimoine naturel et culturel de la région mais aussi de notre patrimoine national, est aujourd’hui menacé de disparition si sa population n’est pas renforcée rapidement. 

Cette décision répond aussi à une attente de la part des Français qui sont majoritairement favorables à la réintroduction de l’ours, y compris dans les Pyrénées-Atlantiques, comme le confirment les résultats de la consultation publique qui a pris fin cet été  : 88,9% des participants, dont 76% des Pyrénéens, ont indiqué qu’ils étaient favorables à ce projet de réintroduction.

Un ours brun (ursus arctos) se cache derrière un arbre

Maintenir une population ursine dans les Pyrénées, c’est aussi protéger la plus longue chaîne alimentaire puisque l’ours, super-prédateur, est au sommet de la chaîne trophique.

A deux ans de la Conférence mondiale sur la biodiversité, la France pose ainsi un jalon supplémentaire dans son engagement pour la protection de la biodiversité au niveau mondial et répond aux récents appels à sauver la nature. Dans quelques semaines, le WWF publiera l’édition 2018 du rapport Planète Vivante qui, en 2016, révélait déjà qu’au cours des 40 dernières années, 58% des animaux sauvages ont disparu de notre planète.

Enfin, le gouvernement fait preuve de cohérence vis-à-vis de ses engagements européens: la réintroduction de spécimens est aussi une obligation légale et la France a déjà été mise en demeure par la Commission européenne pour ne pas avoir suffisamment protégé l’ours dans les Pyrénées.