25. septembre 2013 — Communiqué de presse

Pollution marine

Un quart du trafic maritime mondial transite par la Méditerranée, dont 30% du trafic pétrolier.

Soumise à une évaporation intense, la Méditerranée est une mer fermée, dont le niveau n’est maintenu que grâce aux apports d’eaux atlantiques qui rentrent par le détroit de Gibraltar. Ces entrées d’eaux sont à l’origine de grands courants giratoires qui assurent un très lent renouvellement des eaux : il faut un siècle pour un cycle complet !

Quoique interdits, les rejets illicites d’hydrocarbures, dégazages et déballastages, se poursuivent sans vergogne au rythme de 70 à 400 000 tonnes par an, selon des estimations qu’il est difficile de réaliser faute de transparence et de réelle volonté.