Rhinocéros unicorne au Népal
Retour
04. mai 2016

Au Népal, les rhinos reprennent leur souffle

Ce mois-ci, le Népal célèbre une jolie victoire : cela fait deux ans qu’aucun rhinocéros n’a été braconné sur son sol. Les pachydermes respirent et voient même leurs effectifs remonter peu à peu. Pourvu que cela continue…

Le rhino de plus en plus convoité

Outre la disparition de leur habitat, les rhinocéros sont tués massivement pour leurs cornes, vendues au marché noir asiatique, car on leur prête des vertus dans la guérison du cancer et comme aphrodisiaque. La demande ne cesse de croître et les braconniers se font de plus en plus inventifs.
Le rhinocéros unicorne, Rhinoceros unicornis, n’est pas épargné. Si à l’origine sa zone de répartition couvrait toutes les plaines alluviales situées au pied des contreforts de l’Himalaya, le rhinocéros indien a aujourd’hui totalement disparu du Pakistan et du Bangladesh et se fait de plus en plus rare en Inde et au Népal.

Combattre le braconnage

Le WWF est l’une des toutes premières organisations à s’être engagée dans la lutte contre le braconnage des rhinocéros, luttant sur tous les fronts.

D’abord, combattre le braconnage en s’attaquant à l’ensemble des acteurs de la filière : braconniers évidemment mais aussi intermédiaires, exportateurs, transporteurs et consommateurs.
Le WWF lutte également contre les organisations criminelles, les fausses thérapies basées sur les soi-disant vertus de la corne de rhino, la faiblesse des peines sanctionnant un commerce très lucratif. Pour ce faire, le WWF se mobilise pour faire appliquer la loi par le renforcement de la coopération internationale, l’élaboration d’une base de données d’’ADN (pour confondre les braconniers), par une meilleure capacité d’action et par un contrôle renforcé aux frontières.

2 ans sans braconnage

Le Népal vient de réussir un exploit : deux années consécutives sans braconnage de rhinocéros.

Résultat : la population de rhino à une corne compte aujourd’hui 645 individus, un record qui n’avait pas été atteint depuis longtemps dans la région. C’est avant tout à une volonté politique forte que l’on doit cette excellente nouvelle.

En effet, à la menace du braconnage, le gouvernement a su donner une réponse ferme, impulsant une stratégie nationale coordonnée fondée sur les six piliers de l’initiative « objectif zéro braconnage » lancée par le WWF : évaluation (recenser les effectifs et analyser les menaces pesant sur les espèces), capacité (augmenter les moyens d’actions), communautés (impliquer les communautés locales), coopération (travailler en partenariat avec les autres pays), poursuites (renforcer l’appareil judiciaire) et technologie (s’appuyer sur les innovations technologiques pour plus d’efficacité). Sur le terrain, la surveillance des patrouilles a notamment été optimisée par l’utilisation du SMART (Spatial Monitoring and Reporting Tool).

Le Népal, ce petit pays de la région de l’Himalaya qui se compare lui-même à un igname – un légume racine – coincé entre l’arbre et l’écorce, la Chine au nord et l’Inde au sud, nous donne aujourd’hui une belle leçon. Puisse-t-il inspirer les pays voisins en la matière…