Back
18. July 2019

Le bison revient dans les Carpates

Après 2 siècles d’absence, le bison d’Europe revient à la charge dans les Carpates. Bison bonasus a pu être réintroduit avec succès dans les forêts de Roumanie.

Disparu à l'état sauvage

Le bison favorise aussi la biodiversité des plantes de prairie en broutant uniquement les herbes les plus courantes, libérant de la place pour les espèces plus rares.

Lorsque l'on songe au bison, c’est l’image d’un sabot rageur martelant le sol poussiéreux qui nous vient immédiatement à l’esprit. On pense aussi à ses cornes, recourbées vers l’intérieur et plantées haut sur sa tête. Rescapé des temps préhistoriques, le bison peuplait autrefois les forêts européennes. Mais il fait aujourd’hui les frais d’une activité humaine envahissanteSon habitat s’est réduit à peau de chagrin, en raison de l’expansion de l’agriculture notamment et ses effectifs ont fortement régressé dans nos contrées. Également persécutée par la chasse, l'espèce a finalement disparu à l'état sauvage en 1927.

Pourtant, le bison est ce que l’on appelle une espèce « clé de voûte ». Il façonne les paysages en se nourrissant de plantes et en dispersant leurs graines. Il favorise aussi la biodiversité des plantes de prairie en broutant uniquement les herbes les plus courantes, libérant de la place pour les espèces plus rares. D'autre part, son urine, riche en azote, constitue un très bon engrais propice à la végétation… 

Bison d'Europe (Bison bonasus) dans le Parc National Bialowieski en Pologne

Redonner un avenir au bison

Le WWF Russie se mobilise pour restaurer une population viable de bisons et garantir la protection de l’espèce à long terme.

Depuis 1996, le WWF Russie se mobilise pour restaurer une population viable de bisons et garantir la protection de l’espèce à long terme. Le principe est simple : des bisons élevés dans des réserves sont ensuite relâchés dans la nature après avoir passé quelques temps en semi-liberté, histoire de se réhabituer en douceur à la vie sauvage. Entre 1999 et 2002, 60 animaux ont ainsi été relâchés dans les forêts de Russie, principalement dans les provinces d’Orel-Briansk-Kaluga et de Vladimir.

En 2008, le dispositif s’étend aux Carpates afin de protéger la vie sauvage de la région, l’une des plus riches d’Europe. En 2014, les premiers individus sont remis en liberté dans le site Natura 2000 des montagnes roumaines de Tarcu, qui s’étend sur 59 000 ha. Puis, en 2015, un deuxième troupeau composé de 14 bisons est relâché. A terme, le but sera d’établir un réseau de zones naturelles reliées entre elles par des corridors où l'écosystème naturel sera protégé.

Bison d'Europe (Bison bonasus) dans la réserve Kaluga Zaseki

Retour à la vie sauvage

L'objectif est de parvenir à réintroduire une population d'au moins 300 bisons en 2024 dans les monts Tarcu en Roumanie.

Nous sommes au cœur des montagnes, au sud-ouest de la Roumanie, à l’extrémité ouest des Carpates méridionales. D’abord timide, un jeune bison pointe son museau hors du camion. Puis, soudain hardi, il s’élance dans la forêt. C’est une nouvelle vie qui commence pour l’animal et ses six compères relâchés le 20 juin dernier dans les monts Tarcu. Les nouveaux-arrivants viennent compléter les troupeaux réintroduits depuis 5 ans afin de restaurer une population viable avec des effectifs suffisamment élevés pour survivre aux variations de l’environnement. Concrètement, l’objectif est de parvenir à une population d’au moins 193 bisons d’ici 2020, puis de 300 au minimum en 2024.

Originaires de fermes d’élevage allemandes, les animaux ont parcouru plus de 1500 kms. Sélectionnés sur la base de leur ADN, ils ont également été observés attentivement avant leur transfert car ils devront former un troupeau harmonieux, cohabitant sans heurt.

L’enjeu, ce n’est pas seulement de sauver le plus grand mammifère terrestre d’Europe mais aussi de reconstituer tout un écosystème. Le bison se nourrit de pâturage, ce qui maintient les prés ouverts aux insectes, aux fleurs, aux reptiles. Une espèce qui rend heureuse des milliers d’autres finalement. La présence du bison devrait également renforcer l’attractivité de la région, profitant ainsi à l’économie locale.

Tous les Effet Panda

Troupeau de zèbres (Equus burchellii), dans la Réserve Nationale Masai Mara (Kenya)

Ensemble, agissons

Pour mieux répondre à l'urgence écologique, le WWF France oeuvre à la sauvegarde des espèces emblématiques menacées.
Votre don est notre force.