Jeune pandas géant grimpant à un arbre dans le Sichuan
Back
09. September 2016

Le sort du panda géant s'améliore

Le panda géant vient d'être déclassé en tant qu’espèce « en danger » pour rejoindre les espèces dîtes « vulnérables » sur la liste mondiale des espèces menacées d'extinction de l’IUCN.

Espèce en danger

Derniers représentants d'une espèce

De nos jours seuls 1864 pandas géants subsistent à l'état sauvage.

Avec sa tête ronde et ses pupilles fendues, son pelage tout doux et sa démarche pataude, le panda géant remporte tous les suffrages. Pourtant, depuis près d’un demi-siècle, l’ursidé est menacé. En cause, l’exploitation forestière qui fait disparaître sa principale source de nourriture et fragmente son habitat naturel : beaucoup de forêts de bambous chinoises sont aujourd’hui exploitées par l’homme ou ont été défrichées pour devenir des terres cultivables. De même, le développement des activités humaines fragmente son habitat naturel. La construction de routes et d’agglomérations, le développement d’infrastructures lié au tourisme de masse, l’élevage et la coupe de bois de chauffe font chaque jour reculer un peu plus les forêts de bambou : les populations de pandas sont divisées, isolées, ce qui met en péril leur survie…

Panda géant-(Ailuropoda melanoleuca)

Symbole de notre combat

Le WWF participe notamment au premier recensement du panda géant et à l’élaboration d’un plan de gestion de cette espèce avec le gouvernement chinois, dans les annnées 1880.

En 1957, un an après sa naissance dans les forêts du sud de la Chine, un panda géant femelle nommé "Chi Chi" est transféré au zoo de Londres. Emblème des espèces menacées, elle devient rapidement la coqueluche des visiteurs, mais aussi de Gerald Watterson et de Sir Peter Scott, les cofondateurs du WWF. Ensemble, les deux hommes réalisent quelques esquisses. Le premier logo du WWF est né.

Chi Chi meurt en 1972. Huit ans plus tard, le WWF commence son travail pour la protection des pandas déjà menacés d’extinction et devient ainsi la première organisation occidentale de défense de l’environnement présente en Chine. Il participe notamment au premier recensement du panda géant et à l’élaboration d’un plan de gestion de cette espèce avec le gouvernement.

Jeune panda et sa mère filmés dans la réserve naturelle d'Anzihe (Chine)

Son statut s'améliore

Victoire pour le panda, la surface de son habitat naturel est en augmentation, grâce à la création de nouvelles réserves et de nouveaux couloirs entre celles-ci.

L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) vient d’annoncer le changement positif du statut officiel du panda géant sur la liste rouge des espèces menacées, précisant une hausse de 17% de leur population en 10 ans, tandis qu’un recensement national a estimé à 1.864 le nombre de pandas géants vivant à l'état sauvage en Chine.

Le WWF se félicite de ce reclassement qui, récompensant plusieurs décennies d’efforts consentis en matière de conservation, démontre qu'une approche intégrée peut aider à préserver la biodiversité de notre planète. Toutefois, la victoire n’est pas totale. Les pandas restent vulnérables et leurs populations éparses. Une grande partie de leur habitat demeure menacée par des projets d'infrastructures. Ne baissons pas la garde. Plus que jamais, il est nécessaire de protéger le panda géant qui continue de faire face à des menaces croissantes, l'être humain et la pollution continuant de détériorer son habitat naturel. D’autant que, selon un rapport de l’UICN, avec le réchauffement de la planète, plus d'un tiers des forêts de bambous pourrait disparaître d'ici 80 ans. La population des pandas devrait donc décliner, ce qui inverserait les progrès accomplis au cours des deux dernières décennies.

Deux pandas géants dans la province du Sichuan en Chine