L'édition 2017 au Royaume-Uni
Retour
31. mars 2017

Mobilisation record pour le climat !

Earth Hour 2017 a été célébré à travers 7 continents dans 187 pays. Un suffrage sans précédent pour cette 10ème édition qui démontre la détermination de la planète à faire face à son plus grand défi environnemental.

Le défi climatique

Des populations en péril

Un milliard d'êtres humains pourraient subir l'exode climatique d'ici à 2050, avec des détresses alimentaires, sanitaires et sécuritaires jusqu'ici insoupçonnées.

Bien qu'il y ait des hauts et des bas dans l'évolution des températures moyennes annuelles, les données montrent clairement que chaque nouvelle décennie a été plus chaude que la précédente.

Les effets du réchauffement climatique se font déjà sentir, menaçant les espèces, les habitats et les lieux qui nous sont essentiels, ainsi que les moyens de subsistance des populations les plus pauvres dont les modes de vie dépendent en majeure partie de la nature.

Un milliard d'êtres humains pourraient subir l'exode climatique d'ici à 2050, avec des détresses alimentaires, sanitaires et sécuritaires jusqu'ici insoupçonnées.

La combustion des ressources fossiles - comme le pétrole, le charbon et le gaz - est la principale cause du dérèglement climatique. Nous sommes en train d’épuiser ces ressources non renouvelables à une vitesse fulgurante.

Earth Hour à Paris

Éteindre les lumières pour éclairer les consciences

Depuis 2009, Earth Hour propose aux citoyens du monde entier d'éteindre leurs lumières de 20h30 à 21h30 chaque dernier samedi du mois de mars.

Lancée pour la première fois en 2007 à Sydney, Earth Hour s'est imposée comme « LA manifestation mondiale en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique ».

De Singapour à Honolulu, en passant par Sydney, Moscou, Londres, Paris, New York ou encore Washington, tous les monuments emblématiques des grandes villes sont plongés dans le noir pendant une heure pendant que leurs habitants se réunissent autour de concerts et de festivités pour signifier leur soutien à cette mobilisation planétaire.

Cette année, hasard du calendrier, Earth Hour est tombé un 25 mars, en même temps que la journée mondiale de la procrastination. En clin d’œil à cette mauvaise habitude de tout remettre à plus tard, y compris les bons gestes pour la planète, et à l’occasion d’Earth Hour, le WWF a décidé de lancer la campagne de sensibilisation #ProcrastinAction autour d’un personnage : Jeff, un paresseux qui souffre de procrastination aigüe.

#ProcrastinAction

Les citoyens ont répondu présents

Bien au-delà de son pouvoir de sensibilisation, Earth Hour contribue à l’action des citoyens, des collectivités et des entreprises au profit d’un monde plus soutenable.

L’événement Earth Hour, aussi appelé « Une heure pour la planète » a soufflé samedi 25 mars sa dixième bougie.

Une fois encore, les citoyens du monde entier ont répondu à l'appel. Les pyramides d’Egypte, la tour Eiffel, l’Empire State Building, le quartier de Times Square… ce sont près de 3000 monuments emblématiques situés aux quatre coins du globe qui ont joué le jeu, plongeant dans la pénombre pendant une heure.

Tout un symbole, mais pas seulement… Au cours des dix dernières années, les équipes du WWF et d’Earth Hour ont réuni des milliers d’individus à travers le monde pour aider à financer et soutenir des initiatives environnementales et sociales bien concrètes.

En Argentine, par exemple, Earth Hour a mobilisé la population pour inciter le gouvernement à créer une aire marine protégée de 3,4 millions d’hectares en 2013. La même année, en Ouganda, 2 700 hectares de « forêts Earth Hour » ont été plantés. En 2015, des panneaux solaires ont été installés sur des habitations en Inde et aux Philippines.