Retour
29. mai 2020

Quand le WWF sème l’espoir

Dans l’État de Oaxaca, au Mexique, le WWF se mobilise pour restaurer les forêts, la qualité de l'eau et l’espoir des populations locales ! Initié depuis plus de 15 ans, notre projet a inspiré d’autres initiatives très prometteuses…

Aussi précieux que vulnérable

Les forêts sont vitales autant pour les différentes espèces qui y vivent que pour les communautés autochtones.

Le paysage de Copalita-Zimatan-Huatulco couvre plus de 250 000 hectares. Il s’étend du niveau de la mer jusqu’à 3 500 mètres d’altitude. Dans cette région, les forêts brumeuses de montagne, les forêts tempérées de pins et de chênes, les forêts tropicales sèches, les mangroves et les récifs coralliens se côtoient. Ces biotopes, qui abritent eux-même une grande diversité d’espèces, procurent des ressources et des services indispensables aux communautés autochtones qui en dépendent pour leur survie.

Mais au cours des dernières décennies, les forêts ont été défrichées pour faire place aux cultures agricoles ou exploitées sauvagement. La perte de couvert forestier, en particulier dans le bassin versant supérieur, a eu de nombreux effets collatéraux, parmi lesquels, la baisse de la quantité d’eau et l’altération de sa qualité, ainsi que l’érosion des sols. Les communautés locales en pâtissent lourdement. D’autant que le changement climatique exerce une pression supplémentaire sur l'approvisionnement en eau !

Vue aérienne du bassin versant au Mexique

L'État de Oaxaca regorge de forêts, montagnes et d'une source d'eau précieuse provenant du bassin versant Copalita-Zimatan-Huatulco.

Le WWF risposte

Grâce à la mobilisation du WWF Mexique, WWF France, la FGRA et Caudalie, 1 million d'arbres ont été plantés pour la restauration des forêts défrichées !

Dès 2004, le WWF Mexique et la Fundación Gonzalo Rio Arronte (FGRA) se mobilisent. En 2016, le WWF France et le partenaire Caudalie les rejoignent. Leur objectif est clair : garantir à chacun un approvisionnement en eau de qualité et en quantité suffisante pour répondre à ses besoins. Concrètement, 1 million d’arbres sont plantés afin de restaurer les forêts indispensables au maintien de la ressource en eau.

En parallèle, des actions de sensibilisation sont menées auprès des agriculteurs locaux pour les accompagner vers des pratiques alternatives plus respectueuses des écosystèmes. 10 communautés rurales s’engagent à faire évoluer leurs pratiques via une utilisation plus efficace de la ressource en eau, la restauration d’arbres indigènes autour des cours d’eau et l’élaboration d’un comité local de surveillance de la qualité de l’eau. Un soutien est apporté aux trois entreprises communautaires de la région qui produisent des plants endémiques. Fin 2019, 1 000 hectares de forêts sont ainsi restaurés.

Un homme assis devant chez lui
Trois hommes se tiennent devant un grand bassin d'eau de pluie stockée.
Rivière Copalita avec reflet coucher du soleil

Romeo (en haut à gauche) et Blanca luttent pour la préservation de la qualité de l'eau et des forêts dans leur village natal, San Miguel Suchixtepec.

Graines de changement

La disparition des précieux écosystèmes du Mexique touche et mobilise certains jeunes qui décident alors de lutter pour leur protection.

Blanca Sánchez Reyes était au lycée lorsqu'elle a commencé à faire du bénévolat pour le WWF. C'était en 2006, deux ans à peine après que le WWF ait lancé son projet de restauration du bassin versant où elle vivait, au cœur des montagnes de la Sierra Madre del Sur, dans l'État de Oaxaca. Avec ses amis, elle s’est impliquée dans la surveillance de l'eau de la rivière et a sensibilisé les gens à la nécessité d’économiser l'eau dans leurs maisons et dans leurs fermes.

Au début, c’était un loisir pour la jeune fille qui aimait passer du temps avec ses amis sur ce projet. Mais peu à peu, elle a saisi la gravité de la situation et la menace que représenterait la disparition de ces précieux écosystèmes pour ses proches et pour elle. C’est décidé, plus tard elle travaillera dans la conservation. Un diplôme de développement rural en poche, elle retourne dans son village natal de San Miguel Suchixtepec. Avec le soutien du WWF et d’autres jeunes défenseurs de l’environnement, elle fonde o Mbis Bin (qui signifie « graines à planter » dans sa langue maternelle zapotèque) - une ONG qui travaille avec les communautés pour développer des solutions locales de gestion des forêts, afin de préserver la qualité des sols et de l’eau, au profit de la nature et des humains. 

Comme Blanca, Romeo Salinas Ramirez est passé par la case bénévolat au WWF et cette expérience a fait germer en lui l’idée de créer sa propre organisation. Avec le soutien de Mbis Bin et du WWF, Alternativa Agrícola voit le jour. Son cœur de métier : l’innovation agroécologique. Dans leur ferme, Roméo et son père Claudio combinent différentes cultures vivrières traditionnelles comme le maïs, la courge et les haricots avec des arbres fruitiers. Ils élèvent également des volailles et des lapins, en utilisant leur fumier pour produire des engrais organiques, récoltent l’eau de pluie et recyclent celle qu’ils utilisent. Enfin, ils pratiquent une agriculture en terrasse pour éviter l’érosion des sols. Ces pratiques ont essaimé dans la région. Dans le village natal de Romeo, San Miguel Suchixtepec, la consommation d’eau des agriculteurs a baissé de 64% pour l'irrigation, de fait, les agriculteurs qui cultivent du maïs ont réduit leurs coûts d'un tiers, tout en augmentant leurs rendements dans la même proportion.

Tous les Effet Panda

Vue aérienne de la canopée de la Réserve de Wonga Wongué (Gabon)

Ensemble, agissons

Pour mieux répondre à l'urgence écologique, le WWF France oeuvre à la protection et la résilience des paysages forestiers.
Votre don est notre force.