Couple de requin-marteau halicorne (Sphyrna lewini), Galapagos
Retour
08. août 2017

Un guide de bonnes pratiques pour observer les requins et les raies

Nous sommes le 3 mars. C’est la journée mondiale de la vie sauvage. Pour la célébrer, le WWF et ses partenaires Project AWARE ©, et The Manta Trust publient le premier guide de bonnes pratiques pour une observation responsable des requins et des raies !

Une activité touristique en plein boum

Si l'intérêt croissant du public à l’égard des espèces marines est légitime, il ne doit pas se retourner contre elles.

Depuis quelques années, l’observation des espèces marines dans leur milieu naturel suscite l’engouement des vacanciers. De la simple observation à la jumelle depuis un bateau à la plongée sous-marine avec bouteille d’oxygène, en passant par le snorkeling ou encore la plongée en cage, ce nouveau loisir se développe de manière exponentielle en de nombreux endroits du globe.
Le whale-watching (l’observation des baleines), par exemple, brasse plus d’un millier de dollars à travers le monde chaque année. L’observation des raies et des requins génère, quant à elle, des centaines de millions de dollars par an. L’activité est lucrative mais son développement, s’il n’est pas raisonné, constitue un danger réel pour les animaux.

Sous la pression d'un whale-watching de mauvaise qualité, on a constaté que les cétacés désertaient certains secteurs, qu’ils présentaient des déficiences auditives ou étaient affectés par un stress chronique à l’origine de changements comportementaux et physiologiques radicaux.

Requin gris de récif au large de la Papouasie Nouvelle-Guinée

Protéger les océans et les côtes

Aller plus loin dans la démarche

Nous militons pour que 5% des AMP bénéficient de zones de protection renforcées.

Sauvegarder les espèces marines et leur habitat est un objectif prioritaire pour le WWF. Nous nous mobilisons pour que le réseau des aires marines protégées (AMP) soit étendu et que les AMP existantes soient efficacement gérées et que 5% d’entre elles bénéficient de zones de protection renforcées. Par ailleurs, nous menons des actions de plaidoyer pour limiter les impacts négatifs des industries extractives et de l’économie maritime sur le bon état écologique des océans.

Le WWF France est particulièrement impliqué en Méditerranée où le développement massif et incontrôlé des activités humaines touche durement les écosystèmes déjà soumis à une forte pression démographique.
Au cœur de la Grande Bleue, le travail du WWF France s’articule autours de quatre axes de conservation : l’étude et la protection des cétacés ; le développement et l’amélioration du réseau des Aires Marines Protégées ; les dangers de la pollution ; la pêche durable.

Femelle raie du sud (Dasyatis americana) au large des îles Cayman

Encadrer l'observation des espèces marines

En Méditerranée, 16 espèces sur 32 sont exposées à un risque élevé d’extinction, soit la moitié ! Nul besoin d’ajouter une pression supplémentaire sur ces espèces déjà malmenées.

Avec Project AWARE©, et The Manta Trust, le WWF lance aujourd’hui le tout premier guide de bonnes pratiques pour une observation responsable des requins et des raies.

L’objectif est d’encadrer l’activité pour qu’elle ne nuise pas aux espèces marines et mieux encore, qu’elle permette de sensibiliser les touristes à la nécessité de les protéger. A ce jour, un requin sur quatre est menacé d’extinction, principalement à cause de la surpêche. Les raies ne sont pas mieux loties.

D’où l’idée de publier un guide pour les opérateurs de tourisme soucieux de proposer à leurs clients des activités d’observation qui ne perturbent pas les requins et les raies. Et au-delà, d’impliquer les communautés locales pour que l’expansion de ce nouveau loisir lié aux espèces de leur région leur profite. Et si finalement, cette nouvelle attraction devenait non plus une menace mais une opportunité d’écotourisme qui, selon sa définition officielle, est « une forme de voyage responsable dans les espaces naturels qui contribue à la protection de l'environnement et au bien être des populations locales »?

C’est là toute l’ambition de notre guide de bonnes pratiques.

Vous pouvez télécharger ce guide ici (version anglaise).