25. septembre 2012 — Communiqué de presse

Comprendre l'impact de la forêt sur le climat

20% des émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines proviennent de la dégradation des forêts. Cette déforestation est à la fois une cause et une conséquence du changement climatique.

Les grandes surfaces boisées sont des puits de carbone qui stockent le dioxyde de carbone et rafraîchissent l’air. 
Sous l'effet du soleil, l'eau absorbée par les arbres s’évapore, créant de la vapeur d’eau. Ainsi des nuages se forment, engendrant de nouvelles précipitations. 
La déforestation vient interrompre ce processus et prive l’atmosphère de cet effet rafraîchissant, créant ainsi un cercle vicieux qui accentue le changement climatique.

Les forêts, réservoirs de carbone

Les forêts emmagasinent 20 à 50 fois plus de CO2 que n'importe quel autre écosystème. De ce point de vue, les forêts tropicales sont très importantes car avec leur biomasse considérable, elles absorbent 50% de carbone de plus que les autres surfaces boisées. 

En cas de destruction de ces forêts, le carbone est à nouveau libéré sous forme de gaz à effet de serre, notamment en cas de défrichement par le feu. Ainsi, des quantités gigantesques de CO2 sont rejetées dans l’atmosphère.

Les gaz à effet de serre issus du déboisement par le feu contribuent largement au réchauffement climatique. Un cinquième des émissions de gaz à effet de serre dûes aux activités humaines provient de la destruction des forêts. 

Si nous devions perdre les forêts, nous perdrions non seulement un nombre considérable d’espèces animales et végétales, mais aussi notre combat contre le réchauffement climatique.

Les forêts sont menacées par le réchauffement climatique

De ce fait, près de la moitié de la forêt humide d’Amazonie pourrait se transformer en paysage désertique d'ici 25 ans.

Les arbres ne s’adaptent que très difficilement aux changements climatiques. De plus, ils sont fragilisés par les tempêtes et les périodes de sécheresse, ce qui les rend plus sensibles encore aux incendies. 

Selon les estimations du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), 30% de toutes les espèces animales et végétales seraient menacés d’extinction si le climat se réchauffait de 1,5 à 2,5 degrés par rapport à 1850. 

Par la suite, d’importantes fonctions des forêts pourraient disparaître, telles que la protection des érosions du sol ou la biodiversité de la faune et de la flore, source de vie pour les populations locales.