Back
14. November 2019 — Press Release

Projet Medfish : De nouvelles pêcheries embarquent pour une pêche plus durable en Méditerranée

Cinq nouvelles pêcheries méditerranéennes rejoignent le projet Medfish, initié par le Marine Stewardship Council (MSC) et le Fonds Mondial pour la Nature (WWF). 

Deux pêcheries françaises rejoignent le projet

Ce sont deux pêcheries françaises, la pêcherie d’oursin en plongée et la pêcherie de dorade rose aux métiers de l’hameçon, et trois pêcheries espagnoles, le poulpe à la nasse, l’anchois et la sardine à la senne et la dorade coryphène à la senne qui rejoignent les 14 pêcheries initialement engagées dans le projet. Lancé en septembre 2015, le projet vise à contribuer à l'amélioration de la durabilité environnementale des pêcheries méditerranéennes espagnoles et françaises. Avant de sélectionner ces nouvelles pêcheries, le MSC et le WWF ont consulté un large panel de parties-prenantes. La motivation des acteurs locaux à travailler sur la durabilité de leur pêcherie fut l’un des critères essentiels de sélection. Et c’est le cas en France pour la pêcherie de dorade rose (Pagellus bogaraveo) aux métiers de l’hameçon qui se pratique principalement en région PACA, majoritairement à la palangre de fond. Tout comme la pêcherie d’oursin violet (Paracentrotus lividus) pratiquée en plongée en apnée le long des côtes méditerranéennes et en plongée en bouteille dans le département des Bouches-du-Rhône.

Julien Cepero, pêcheur d’oursin à Antibes témoigne « Je suis devenu pêcheur professionnel il y a 12 ans et demi et me suis consacré à la pêche aux oursins en apnée, en faisant le choix de préserver la ressource et de valoriser des oursins de qualité auprès des restaurants locaux. Depuis, les moyens de pêche ont évolué, la répartition des oursins a changé, la pêche récréative s’est intensifiée, ce qui m’inquiète pour le futur de la ressource. Avec le projet Medfish, j’espère que nous pourrons mettre l’ensemble des acteurs autour de la table pour s’accorder sur une meilleure gestion de la pêche et préserver les équilibres naturels. »

Les 2 nouvelles pêcheries sont actuellement en cours de pré-évaluation selon le Référentiel de Pêche Durable du MSC. Ce diagnostic de durabilité réalisé par des auditeurs indépendants permettra d’identifier les points forts et les points d’amélioration de chaque pêcherie. La population de poisson ciblée est-elle en bon état ? A-t-on les connaissances suffisantes pour en juger ? Quel est l’impact des pratiques de pêche sur l’écosystème concerné ? La pêcherie est-elle bien gérée ? Les résultats seront disponibles avant la fin d’année 2019. Des ateliers participatifs seront ensuite organisés pour chacune des pêcheries, rassemblant toutes les parties intéressées. Pêcheurs, scientifiques, ONGs, représentants d’administrations et gestionnaires des aires marines protégées de la région y travailleront ensemble pour définir et enclencher des actions d'amélioration. Cette nouvelle phase se terminera à l’été 2020.

Un pêcheur en Mer Méditerranée

Plus de connaissances et de collaborations pour la durabilité

En quatre ans, le Projet Medfish a déjà permis de cartographier plus de 100 pêcheries et de réaliser une première analyse de la durabilité de 14 pêcheries réparties sur les façades méditerranéennes française et espagnole. Cette première étude couvre 14 espèces différentes, 10 engins de pêche, et plus de 6000 tonnes de poissons, crustacés et coquillages débarquées chaque année. 13 ateliers participatifs (9 en Espagne et 4 en France), regroupant plus de 152 participants d’horizons divers, ont été organisés pour définir un plan d’action pour chacune des pêcheries du projet. Il s’agit notamment d’actions de gouvernance, d’actions de recherche, mais aussi d’actions techniques et d’évaluation d’impacts des activités de pêche qui servent de tremplin pour une mise en œuvre par les pêcheurs, leurs gestionnaires et les partenaires pertinents.

Quand la pêcherie de noisette de mer à la nasse s’est développée en région Occitanie, peu de données scientifiques étaient disponibles sur cette espèce. En 2018, après un diagnostic de durabilité et l’élaboration d’un plan d’action dans le cadre du projet Medfish, le projet PEEXNAC a été lancé en partenariat avec l’organisation de producteurs (OP) du Sud et avec le soutien financier de France Filière Pêche afin de mieux comprendre les caractéristiques biologiques du mollusque.

Perrine Cuvilliers, directrice de l’OP du Sud explique : « La pêche à la noisette de mer s’est développée récemment en Occitanie et il nous a paru primordial d’en savoir plus dès le départ sur la ressource et son environnement. Le projet Medfish a permis de rassembler un ensemble de parties prenantes et d’impulser une dynamique de développement des connaissances qui pourront permettre à une quarantaine de pêcheurs ciblant l’espèce de définir des mesures de gestion adéquates et d’assurer la durabilité de cette activité de pêche grandissante. »

Le travail se poursuit désormais via l’accompagnement des acteurs à mettre en œuvre les actions d’améliorations définies. En France, le projet se focalise sur la pêcherie corse de denti à la palangre, mais également les pêcheries de poulpe au pot et à la nasse et de telline à la drague à main, situées en régions PACA et Occitanie. Pour rendre les résultats de l’ensemble du projet Medfish accessibles au plus grand nombre, et pour permettre leur utilisation par tous les acteurs de la filière, un rapport d’impacts et une base de données des résultats du projet sont disponibles sur le site du projet Medfish.