Retour
11. septembre 2020 — Communiqué de presse

Une occasion historique pour cesser d’être les complices de la déforestation

Plus de 100 ONG lancent le mouvement #Together4Forests pour appeler l'Union Européenne à agir. Il est temps de cesser l'importation de produits qui contribuent à la conversion des écosystèmes naturels ou aux violations des droits humains.

C'est le pourcentage de destruction des forêts dont est responsable l'UE par sa consommation.

Depuis trop longtemps, nous sommes complices de la destruction des plus riches écosystèmes naturels du monde. Les incendies qui font rage en Amazonie en sont le triste symbole. Ils sont délibérément allumés dans le but de convertir la forêt et faire place à une agriculture industrielle à grande échelle. La demande européenne en produits issus de zones converties ajoute du carburant à ces incendies. 

La déforestation est la deuxième source d’émissions de gaz à effet de serre dans le monde. L'agriculture est responsable de 80% de la déforestation car les forêts sont converties en terres agricoles pour produire du soja, du bœuf ou de l'huile de palme et l'UE est l'un des principaux importateurs de ces produits dans le monde. À l'échelle mondiale, l'UE est responsable de plus de 10 % de la destruction des forêts par sa consommation de produits comme la viande, les produits laitiers, le soja pour l'alimentation animale, l'huile de palme, le café et le cacao.

Le mouvement #Together4Forests rassemble plus de 100 ONG européennes regroupées pour inviter les citoyens à participer à une consultation publique de la Commission européenne sur la déforestation. L’objectif est de faire pression sur les décideurs européens pour obtenir une législation forte qui empêche la commercialisation de produits liés à la déforestation, à la conversion d’espaces naturels ou aux violations des droits humains. 

« Nos caddies sont plein de produits liés à la déforestation. Cela doit cesser ! Les forêts et autres écosystèmes naturels sont un bouclier essentiel contre la dégradation du climat, les pandémies et l’effondrement de la biodiversité et la consommation des citoyens européens affaiblit ce bouclier. Il est urgent que l'UE adopte une loi forte pour ne plus autoriser la mise sur le marché de ces produits. »
Anke Schulmeister-Oldenhove, Responsable de plaidoyer Forêts au WWF European Policy Office

Feux près d'une zone déforestée vers Prodes (Projet de surveillance satellite de la forêt Amazonienne au Brésil de Greenpeace), à Nova Maringá, état du Mato Grosso, Brésil.

Nous ne voulons plus être complices de la déforestation. L'UE doit légiférer pour protéger les forêts et autres espaces naturels vitaux.

Avec Greenpeace, ClientEarth, Conservation International, l’Environmental Investigation Agency et la Wildlife Conservation Society, le WWF lance aujourd’hui une campagne visant à garantir que les citoyens aient la possibilité de faire entendre leur voix.

Si la Commission européenne s'est engagée à proposer une nouvelle législation pour lutter contre la déforestation en 2021, il est impératif que les destructions ne se reportent pas vers d'autres habitats naturels vitaux. C’est pourquoi, cette législation doit aussi protéger les prairies, les savanes et les zones humides.

La loi européenne devra également protéger les droits des peuples autochtones et des communautés locales, qui sont des gardiens reconnus de leurs territoires et dont les connaissances sont essentielles pour prévenir la perte de biodiversité. Mettre un terme à la déforestation ne sera pas possible sans eux.

Le mouvement #Together4Forests appelle l'UE à introduire une nouvelle loi pour s'attaquer à sa contribution à la déforestation mondiale et pour garantir que l’Europe ne vendra plus de produits qui contribuent à la conversion des écosystèmes naturels ou aux violations des droits humains.

Déforestation illégale en Amazonie proche du territoire des indigènes Uru-Eu-Wau-Wau

Faites entendre votre voix

Mobilisez-vous pour mettre fin à la destruction des forêts !