Baleine bleue (Balaenoptera musculus) en plongée au large de la Nouvelle-Zélande
Back
14. October 2016

Baleines sous haute surveillance

Grâce aux scientifiques du WWF, de l’IRD et d’Opération Cétacés, qui sont parvenus à poser des balises sur quatre baleines, il est désormais possible de suivre les cétacés en temps réel sur Internet.

Baleines en danger

De nombreuses espèces menacées

Près de 50% des espèces de baleine à fanons sont aujourd'hui menacées.

Les baleines, qui comptent parmi les plus grands animaux que la Terre ait jamais portés, sont à la tête de la chaîne alimentaire et sans elles, les écosystèmes marins seraient complètement bouleversés. Malheureusement, sur 13 espèces de baleines à fanons, près de la moitié sont menacées. La chasse est le facteur de mortalité le plus important pour ces cétacés.

En effet, malgré un moratoire et une interdiction du commerce international des produits baleiniers, chaque année, près de 1000 baleines sont tuées à des fins commerciales. Les produits chimiques toxiques, les collisions avec des bateaux, les prises accessoires dans les filets de pêche, la pollution sonore et le réchauffement climatique constituent d’autres risques sérieux pour les baleines.

Rorqual à bosse sautant hors de l'eau Alaska

Baleine à bosse, Alaska (Etats-Unis)

Le WWF se mobilise

 Lancé en 2016, le projet WHERE, notamment, explore la distribution spatiale et l’habitat des baleines à bosse sur l’ensemble de l’espace maritime de la Nouvelle-Calédonie.

En 1961, date de création du WWF, 66 000 baleines sont tuées. Face à ce massacre, nous appelons à la création d’un sanctuaire baleiniers et l’adoption d’un moratoire sur la chasse baleinière commerciale. En 1979, le premier sanctuaire baleinier qui couvre l’océan indien voit le jour et en 1986, un moratoire suspendant toute chasse commerciale est mis en œuvre.

Malgré cette mesure, trois pays continuent à chasser les baleines à des fins commerciales (la Norvège, le Japon et l’Islande). Le WWF continue donc de faire pression pour que le moratoire soit appliqué plus fermement. En parallèle, parce qu’on ne protège bien que ce que l’on connait bien, le WWF mène des actions d’observation et de suivi scientifique sur le terrain. Lancé en 2016, le projet WHERE, notamment, explore la distribution spatiale et l’habitat des baleines à bosse sur l’ensemble de l’espace maritime de la Nouvelle-Calédonie.

Baleine à bosse (Megaptera novaeangliae) et son petit

Baleine à bosse (Megaptera novaeangliae)

Mission réussie

Une précision extrême

Les balise ARGOS permettent de localiser les baleines avec une précision de 150m

Menée par les équipes du WWF, de l'IRD et d'Opération Cétacés, avec le soutien de l’équipage de l’Amborella,  le navire océanographique du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, la deuxième campagne (MARACAS 2) de l’étude WHERE vient de s’achever.

Grâce à une météo favorable, des informations précieuses ont pu être récoltées sur la présence de baleines à bosse dans cette zone du parc naturel de la mer de Corail. Une trentaine d’animaux a été observée. Parmi eux, de nombreuses mères accompagnées de baleineaux. Comme lors de la première campagne, des clichés photographiques et des échantillons de peau ont été collectés et permettront d'en apprendre plus sur la connectivité au sein du parc.

Mais surtout, des balises ARGOS ont été posées sur quatre baleines à bosse. Vous pouvez dès à présent suivre en direct les allers et venues d’Ornella, Chester, Samba et Wally !