Retour
29. septembre 2021

Loup : la success story américaine

Fin 90, une meute de loups est réintroduite dans le plus vieux parc national américain. Depuis, on constate une myriade de bienfaits qui rejaillissent en cascade sur les autres espèces et l’écosystème tout entier.

Source de conflits

C'est le nombre de loups ayant été abattus en France selon les chiffres de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement Auvergne Rhône-Alpes, chargée de la mission loup pour tout le territoire français. 

Contrairement à une idée largement répandue, le loup n’a pas été réintroduit en France. Après avoir été éradiqué dans les années 30, il est revenu naturellement au début des années 90 en traversant la frontière italienne. Tandis que certains se réjouissent de ce retour spontané, d’autres le perçoivent comme une menace. Les éleveurs et les chasseurs, notamment, doivent réapprendre à vivre avec le risque de prédation du grand carnivore sur le bétail et sur le gibier car l’animal adapte son alimentation aux proies disponibles. Lorsqu'il ne parvient pas à se nourrir de proies sauvages, telles que les ongulés, ses cibles dominantes, il peut être conduit à s'en prendre au bétail domestique, ce qui hélas, est la source de nombreux conflits avec les hommes. 

En 2019, pas moins de 98 loups ont été abattus en France en 2019, selon les chiffres de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement Auvergne Rhône-Alpes, chargée de la mission loup pour tout le territoire français. Comme tous les grands carnivores, le loup est inscrit sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN en France. Depuis la signature de la convention de Berne en 1990, cet animal, qui peut vivre jusqu’à 14 ans, appartient à la catégorie des espèces protégées. Cependant, le conflit Homme-loup continue de peser sur la survie de l’espèce.

Loup dans la forêt
Un chien gardant un troupeau de moutons

Le conflit Homme-loup continue de peser sur la survie de l’espèce : comme tous les grands carnivores, le loup est inscrit sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN en France.

Redorer son blason

Le WWF développe des programmes et mène des campagnes de sensibilisation pour parvenir à une cohabitation apaisée entre les loups et les activités humaines.

Pour réhabiliter le loup et lui donner une chance de se réinstaller durablement dans nos régions, la bataille est avant tout idéologique. Faire évoluer les mentalités en défaisant les idées reçues. Partout dans le monde où l’Homme et le loup sont en conflit, le WWF développe des programmes et mène des campagnes de sensibilisation pour parvenir à une cohabitation apaisée entre les grands carnivores et les activités humaines, en particulier l'élevage. Depuis plus de 15 ans, le WWF finance des actions pour aider les bergers à faire face aux attaques de loups : renforcement de la présence humaine aux côtés des troupeaux, recours aux chiens de protection, installation de clôtures appropriées ou encore expérimentations d’effarouchement.

Le WWF intervient également dans les instances institutionnelles, pour porter le message de la cohabitation et relancer la recherche de solutions pour atténuer le conflit Homme-Loup. Nous y défendons une approche transnationale dans la mesure où les populations de loups ignorent les frontières et doivent être prises en compte de façon cohérente et globale à l’échelle du continent.

Un loup dans un champ de coton fixe l'objectif de la caméra.

4 à 6 louveteaux naissent au printemps, dont la moitié meure dans les premiers mois. Les jeunes quittent la meute entre 1 et 4 ans pour coloniser de nouveaux territoires, faisant ainsi croître la population grâce à cette dispersion.

Le prodigieux effet du loup sur la nature

Le retour du loup a permis de réguler les populations de plusieurs espèces comme les wapitis, les ours ou encore les castors dans le parc de Yellowstone aux États-Unis.

Yellowstone est le plus ancien parc national au monde. A cheval sur trois États, le Wyoming l'Idaho et le Montana, il s'étend sur 898 300 hectares. De nombreux grands mammifères y ont élu domicile, comme des ours noirs, des grizzlys, des coyotes, des cerfs ou encore des troupeaux sauvages de bisons et de wapitis. Le loup avait déserté les lieux jusqu’à ce qu’à la fin des années 90, quarante et un spécimens capturés au Canada soient relâchés dans l’enceinte du parc. Depuis, chaque année, une centaine d'individus sont recensés. Sur le vieux continent, les défenseurs de l’environnement lorgnent avec envie sur cette success story américaine tant la présence de canis lupus est bénéfique à l’écosystème.

Le retour du loup a tout d'abord permis de réguler la population des wapitis. En l’absence de leur principal prédateur, les cervidés proliféraient, exerçant une pression trop importante sur l’environnement lorsqu'ils broutaient. Le coyote, lui, a repris sa juste place, au profit des antilopes, des rongeurs, des oiseaux de proie… et du renard avec lequel il était en compétition. Douze espèces nécrophages se sont multipliées : corbeaux, pies, pygargues à tête blanche ou encore ours. Ces charognards, en participant activement à l'élimination des cadavres dont ils se nourrissent, évitent la propagation de maladies et fournissent à cet égard un rôle essentiel dans l'écosystème.

Plus d’une centaine de colonies de castors sont répertoriées chaque année contre à peine une cinquantaine dans les années 90. Privés de nourriture par les wapitis, ils n’étaient plus assez nombreux pour remplir leur fonction écologique. Le castor est, en effet, une espèce-ingénieur, le seul mammifère, à l’exception de l'Homme, qui aménage à ce point son lieu de vie. Son influence sur le milieu qu’il occupe est considérable car il abat des arbres, construit des digues, creuse et remodèle inlassablement son habitat. Privés des barrages de castors, rivières et ruisseaux ont d’ailleurs vu leur débit s’accélérer, provoquant l’érosion des sols. Depuis la reconquête du milieu par le rongeur, elle-même engendrée par le retour du loup, les cours d'eau se repeuplent. Leur débit s’étant ralenti, les alluvions peuvent à nouveau se déposer dans leur lit, des conditions de vie favorables aux poissons, batraciens et autres insectes.

Tous les Effet Panda

Loup regardant au loin / vers la droite

Ensemble, agissons

Le WWF œuvre à la conservation des espèces menacées sur tous les continents. Aidez-nous à poursuivre nos actions au plus près du terrain.
Votre don est notre force.