Exploitation du caoutchouc sur un hévéa (Pérou)

Transformer le marché et la production mondiale du caoutchouc naturel

La chaine de valeur du caoutchouc naturel est « tirée » par les acheteurs de l’industrie du pneu. La demande de marché de l’hévéa n’intègre pas toujours les considérations sociales et environnementales. Sur le terrain et auprès des acteurs du marché mondial, le WWF agit pour transformer les modes de production du caoutchouc et obtenir une chaîne de valeur sans déforestation, sans expropriation de terres, sans violation des droits de l’homme et du travail, et complètement transparente.

Le caoutchouc naturel, un produit essentiel pour notre mobilité

Le marché du pneu absorbe plus de 75% de la production annuelle mondiale du caoutchouc

Le caoutchouc naturel est un matériau utilisé pour la confection de nombreux produits du quotidien tels que les gants, les préservatifs et les semelles de chaussures, mais surtout les pneus.

La mondialisation de l’économie s’est accompagnée d’une plus grande mobilité de personnes et des marchandises à laquelle participe le caoutchouc naturel, au travers des pneus de camion, de vélo ou d’avion. Le caoutchouc naturel, ressource renouvelable unique, provient de l’hévéa, un arbre originaire du Brésil. Sa culture de manière durable même sur des terres sévèrement dégradées permet de recréer des services écosystémiques et de piéger du carbone. L’arbre d’hévéa en fin de vie, après exploitation du latex, peut être utilisé pour confectionner des meubles ou en tant que matière première végétale pour d’autres applications.

La production non-durable de caoutchouc naturel menace les forêts et les populations

L’hévéa recouvre aujourd’hui 15 millions d’hectares de la surface de la Terre. Avec le doublement du nombre de véhicules d’ici 2050, les dommages environnementaux et sociaux vont s’aggraver si le modèle n’est pas repensé.

Dans le monde, les forêts naturelles diminuent de 13 millions d’hectares par an, majoritairement dans les régions tropicales. La conversion des forêts pour la production de matières premières agricoles (papier, bœuf, huile de palme, soja mais également caoutchouc) est un facteur majeur de déforestation, laquelle s’accompagne souvent de violation des droits des populations locales et des travailleurs. Contrairement à d’autres matières premières, aucun critère de durabilité n’a été partagé et adopté à l’échelle de l’industrie pour la production de caoutchouc naturel.

L’hévéa est cultivé en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, d’où il est originaire. Cependant, l’Asie du Sud-Est est devenue l’épicentre mondial de la production d’hévéa. Plus de 90% des hévéas dans le monde sont cultivés en Inde, au Vietnam, au Sud de la Chine et en Indonésie. Mais la future expansion des cultures devrait se concentrer sur les forêts à la frontière du Cambodge, du Myanmar, et du Laos (CAMAL).

Des circonstances favorables pour passer à l’action

Aujourd’hui, les conditions sont rassemblées pour engager une lutte efficace contre la déforestation causée par les plantations d’hévéa. Une telle action va dans le sens des initiatives amorcées par des acteurs publics et privés, notamment :

  • Le Consumer Goods Forum. Rassemblant la plupart des grands acteurs mondiaux, ce forum vise à réduire de moitié le taux de disparition des forêts naturelles d’ici à 2020.
  • Le Tropical Forest Alliance. Ce partenariat public-privé de portée mondiale préconise des actions volontaires individuelles ou collaboratives pour réduire la déforestation associée à l’approvisionnement des matières premières.
  • Le Soft Commodities Compact de la Banking Environment Initiative est un engagement des banques qui incite leurs entreprises clientes à s’engager pour que leurs chaînes d’approvisionnement ne contribuent pas à la déforestation.

Les initiatives des entreprises individuelles pour un approvisionnement sans déforestation représentent une opportunité unique pour les producteurs de mettre en œuvre une production de caoutchouc sans déforestation, durable et éthique.

Ces initiatives sont appuyées par la Déclaration d’Amsterdam signée en 2015 par le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, le Danemark et les Pays-Bas. L’objectif : parvenir à mettre en place des chaînes d’approvisionnement agricoles sans déforestation.

Enfin, la Déclaration de New York sur les forêts de 2014 est le rassemblement de 37 pays, 53 entreprises, 16 groupes de peuples autochtones et 63 ONG pour la protection des forêts. Sur le terrain, c’est l’accaparement des terres qui a joué un rôle important dans le développement de plantations, et dans la déforestation qui y est liée, plutôt que les profits de l’exploitation directe du latex. Les producteurs convertissent des zones forestières en plantations plutôt que d’utiliser des terres dégradées déjà revendiquées.

Après avoir opéré des coupes dans l'écorce d'hévéa (Hevea brasiliensis), les exploitants récupèrent le latex qui permettra la fabrication de caoutchouc.

Industrie et petits exploitants : un rôle majeur

Aujourd’hui, 85% du caoutchouc naturel est produit par près de 6 millions de petits producteurs.

La chaîne de valeur du caoutchouc naturel est très concentrée en certains points ; quelques acteurs se partagent une grande partie des volumes échangés. Si dans le monde environ 6 millions de petits producteurs produisent du caoutchouc naturel, seuls 5 grands fabricants de pneus utilisent un peu plus de 50% de la production annuelle totale de caoutchouc.

De même, les 5 plus grands constructeurs automobiles achètent 20% de la production annuelle mondiale de pneus. Les grands fabricants de voitures et de pneus doivent développer avec les petits producteurs des interactions stratégiques pour mettre en place une filière responsable, durable, sans déforestation et sans violation des droits de l’Homme.

Selon le WWF, une croissance rapide de la demande en caoutchouc naturel durable entraînera une modification du marché, laquelle aura un impact positif sur les conditions de production. Dans le même temps, le suivi de l’amélioration des conditions de production et des bénéfices associés encouragera d’autres entreprises à demander du caoutchouc naturel durable.

Mais sur le terrain, cette transformation est complexe. Les petits producteurs ont besoin d’être accompagnés pour d’une part réussir à réduire l’expansion de la production de caoutchouc sur des écosystèmes naturels et la rediriger vers des terres dégradées ; et d’autre part afin d’améliorer les rendements et la qualité de production.

Il relèvera du devoir des gouvernements de veiller à ce qu’aucune population ne soit chassée de ses terres. Les opérateurs et les transformateurs de plantations devront s’assurer que les droits de l’Homme et des travailleurs sont respectés.

Les gouvernements et les acteurs de la chaîne de valeur du caoutchouc devront travailler ensemble afin de mettre en place l’expertise, les mécanismes et le financement nécessaires pour faire de cette transformation un succès.

Que fait le WWF ?

Sur le terrain, le WWF travaille dans quatre zones prioritaires de l’Asie du Sud-Est au sein desquelles la culture de l’hévéa est prépondérante.

Notre stratégie repose sur deux principes :

  1. mettre en place des projets de conservation de la biodiversité et des stocks de carbone forestier sur des territoires prioritaires en transformant la façon dont le caoutchouc naturel est produit.

  2. engager les gouvernements et les plus grands acteurs de la chaîne d’approvisionnement du caoutchouc afin de créer une demande globale pour du caoutchouc naturel durable.

Au Cambodge, le WWF a initié une plateforme dédiée au caoutchouc naturel grâce à laquelle les parties prenantes échangent sur les problématiques de durabilité et mettent en place des actions concrètes en lien avec le processus d’aménagement spatial en cours. Les plantations d’hévéa empiètent en effet sur des forêts protégées du territoire et génèrent une activité parallèle d’exploitation forestière illégale au cœur de ces réserves.

Au Myanmar, le WWF est en discussion avec le gouvernement, le KNU (Karen National Union), de nombreux villages et avec l’association nationale de caoutchouc (Myanmar Rubber Association) pour intégrer des critères de durabilité dans la planification spatiale et la production nationale de caoutchouc.

Dans le Yunnan, le WWF Chine a mis en place un projet avec le gouvernement afin que des milliers d’hectares de plantations d’hévéa illégales et non-durables soient réhabilités en habitat pour les éléphants.

En Indonésie, le WWF, Michelin et des acteurs locaux, après avoir défini des politiques de durabilité, travaillent ensemble afin de développer des plantations d’hévéa sans déforestation, durables et respectant la biodiversité, en proche collaboration avec les communautés locales.  

Sur le marché mondial, le WWF travaille pour que la demande en caoutchouc naturel durable devienne la norme pour les fabricants de pneus et les constructeurs automobiles.

En 2015, le WWF a noué un partenariat avec Michelin, le premier acheteur mondial de caoutchouc naturel et le deuxième fabricant mondial de pneus. En 2016, Michelin est devenu le premier utilisateur majeur de caoutchouc à publier une politique globale d’approvisionnement durable en caoutchouc naturel sans déforestation. En 2017, General Motors est devenu le premier fabricant automobile à annoncer son intention d’appliquer des critères d’achat de pneus intégrant la politique zéro déforestation ainsi que le respect des droits de l’homme et des travailleurs tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Michelin a également annoncé le déploiement de « Rubberway », une application visant à cartographier les pratiques environnementales et sociales de sa chaîne d’approvisionnement en caoutchouc naturel.

Les efforts isolés d’entreprises ou d’organisations de la société civile seules ne sont cependant pas suffisants. C’est pour cette raison que le WWF engage les acteurs clés de l’industrie et de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, les incite à définir et appliquer des politiques de durabilité ambitieuses, et à travailler ensemble pour que la culture durable du caoutchouc naturel devienne la norme. A terme, le but est d’opérer un changement rapide et coordonné sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement pour nous mettre sur la voie d’une nouvelle ère de mobilité où la durabilité sera un prérequis.

Nos projets actifs

Le WWF oeuvre depuis des années à ce que l’intégrité des forêts les plus importantes au monde soit enrichie et maintenue. A travers différents projets de terrain, le WWF mène des actions de conservation des forêts primaires et restauration forestière, tout en essayant de normer le marché des produits forestiers.

Développer une filière de caoutchouc naturel durable en Indonésie

Le caoutchouc naturel exploité au sein de plantations mal gérées a clairement été identifié comme une cause de déforestation, principalement en Asie et en Afrique. Pour faire face à cette menace grandissante, le WWF a développé une stratégie de transformation de la filière de caoutchouc naturel qu’il développe en partenariat avec le Groupe Michelin.

En savoir plus

Ensemble, agissons

Pour mieux répondre à l'urgence écologique, le WWF France oeuvre à la protection et la résilience des paysages forestiers.
Votre don est notre force.